Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

2020-01-31T06:11:00+01:00

Bye bye !

Publié par Fille Ainée

J’aurais pu également intituler cet article “La course au passeport” vu l’actualité !

 

Ca y’est, ce Brexit tant attendu/redouté (cochez selon vos préférences) est à nos portes et même chez les 3xrien, on se demande où tout cela va nous mener.

 

Monsieur 3xrien n’en est tout de même pas à vouloir troquer son passeport de Briton mais il regarde l’Irlande d’un œil langoureux. Encore faudrait-il qu’il choisisse intelligemment. Quant à obtenir un passeport français pour faciliter ses passages aux frontières et éviter ainsi de se retrouver seul dans la queue la plus longue alors que le reste de la famille attend déjà les bagages, il refuse catégoriquement. De toute façon, comme ils ont déjà brulé Jeanne d’Arc et nous battent systématiquement au rugby, je ne vois pas pourquoi on lui faciliterait les choses. Remarquez, je ne l’accuse pas personnellement d’avoir rôti cette p’ove femme mais quand on parle de revanche servie froide !


 

Bye bye !

Bref, pour en revenir à ce Brexit, je tiens à remercier Muriel qui, sur son blog ICI, nous a récemment proposé une housse de coussin qui a de suite inspiré cet article. Allez voir chez elle cette super explication du drapeau briton que, à ma plus grande honte parce que je devrais savoir tout ça, j’ignorais. Par contre, ce que je me demande c’est, si dans les années à venir, ce drapeau portera toujours les mêmes couleurs, surtout si l’Irlande du Nord, le Pays de Galles et l’Ecosse décident, eux aussi, de prendre la poudre d’escampette. Remarquez, la réalisation de cette housse de coussin n’en serait que plus simple !

 

Si vous cliquez sur le lien proposé par Muriel - qui vous emmènera direct chez Kirsty - vous devrez alors vous inscrire pour recevoir automatiquement, dans votre boîte mail, le patron PDF pour réaliser les diagonales. Imprimez-les en quatre exemplaires et vous pourrez ainsi exécuter de façon impeccable, selon la méthode du paper piecing, vos coutures.

Bye bye !

Je dois avouer que je n’ai pas suivi le tutorial du tout et j’ai également remarqué – avec mes yeux de lynx – quelques coutures inutiles sur la version de Kirsty (qui ne devait pas avoir beaucoup de tissu) mais c’est chacun comme il le sent évidemment !

 

Bye bye !

Bien entendu, eu-je lu l’article jusqu’au bout, j’aurais remarqué que Kirsty a réalisé le dos de sa housse selon les couleurs du drapeau français mais qui dit que je ne pourrais pas, un jour, réaliser une autre housse, hein ?! C’est comme si j’avais fait exprès !

 

 

Bye bye !

J’ai préféré finir mon ouvrage sans fermeture à glissière, avec simplement un rabat. Au cas où la Britonie serait traînée dans la poussière et nécessiterait un lavage rapide ;-) !

Voir les commentaires

2020-01-29T05:51:00+01:00

Celui qu’on attend toujours et qui ne vient jamais

Publié par Fille Ainée

Cet article vient du cœur… et d’un énorme ras le bol !

 

Je n’en peux plus de ces livreurs feignasseux facétieux qui, sous prétexte qu’ils sont incapables de trouver notre adresse, négligemment « oublient » de nous livrer nos commandes en prétendant que je n’étais pas chez moi. J’ÉTAIS CHEZ MOI ET J’Y SUIS ENCORE !!

 

J’étais même tellement chez moi que c’est avec beaucoup d’hésitation (et en laissant la porte ouverte) que je suis allée aux toilettes, que j’ai attendu le dernier moment pour aller étendre le linge et que je suis debout depuis 7h30 parce que tu m’avais dit, livreur, que tu arrivais à partir de 8h et que je refuse d’être surprise en robe de chambre ! Je t’ai attendu presque derrière la porte tout ce temps pour, au final, apprendre que tu as prétendu de passer et que je n’ai jamais répondu à la porte. J’étais DERRIÈRE cette foutue porte !!!

 

De toute façon, ça commençait très mal ! Comment voulez-vous que je sache exactement quel jour et à quelle heure je vais être livrée si dès le départ je reçois un mail en m’indiquant que le 00/00/0000, qu’il va passer ?


 

Preuve à l'appui

Preuve à l'appui

Ou alors, serait-ce un mail archivé datant d'avant J-C ? Dis Jésus, t’as commandé quoi chez celle qui monte à cheval d’un seul côté ? Le même tableau que moi ?

 

Il y a ceux qui manifestement ne font aucun effort pour arriver jusqu'à la boîte aux lettres, ceux qui lancent (oui, c’est prouvé) le paquet par dessus le portail parce qu’ils ont la flemme de pousser la porte (d’accord, le vantail pèse plus de 200 kilos mais bon, moi j’y arrive parfaitement) et que du coup le petit emballage carton qui entoure la commande reste une semaine sous la pluie (et qu’en plus, c’est pas la tienne mais celle de ta voisine qui l’attend depuis fort longtemps), ceux qui systématiquement livrent chez la dite voisine (qui maintenant commence à compter combien chez elle/combien chez nous et qui un jour risque de nous demander des comptes), ceux qui ont la correction de vous appeler à l’avance mais seulement parce qu’ils sont perdus, arrivent à toute vitesse en faisant voler le gravier, ceux qui manifestement ont dormi dans leur camionnette parce que – hummm je perds peut-être un peu la tête mais pas le sens de l’odorat – ou encore celui qui déboule à toute vitesse dans l’allée – j’aurais du fermer ce maudit portail – font demi-tour comme si leur vie en dépendait – en serrant de près la piscine hors sol (qui penche d’un côté depuis l’été dernier ) - et qui vous demande s’il est possible de livrer à côté, par-dessus la palissade, parce que votre gentille voisine a commandé deux chaises longues et qu’il est beaucoup plus pratique de passer de ce côté là. Tout ça, c’est du vécu !

 

Je baisse les bras ! J’abandonne. Alors du coup, je m’efforce de me faire livrer dans le petit supermarché local qui, la semaine dernière, a bien failli me faire pleurer.

 

J’avais à peine franchi la porte que déjà, on se ruait sur moi avec mon paquet. Et pourtant, je n’y viens pas souvent. Et pourtant, on se souvient de mon nom. Et pourtant, on ne me demande aucune pièce d’identité. Et pourtant, on fait ça avec un tel sourire que j’ai bien envie de commander plus souvent rien que pour l’interaction sociale.

 

Maintenant, ce qui me fait frémir au plus profond de moi, c’est quand La Poste propose un service aux personnes âgées. Ca s’appelle « veiller sur mes parents ». Sérénité et parents isolés ! Visite régulière du facteur pour s’assurer que Moutie – par exemple – respire encore et ne pourrit pas au bas de l’escalier après une chute fatale (désolée Moutie mais tu étais la seule que j’avais sous la main). Bien vieillir chez soi ! Tu parles oui !! Au rythme où passe le facteur ici, ce seront probablement les vers qui avertiront mes voisins que, de ma p’ove carcasse, il ne reste que des ossements.

 

Bon maintenant, il ne me reste plus qu'à me déplacer pour aller chercher le tableau de Jésus. Heureusement que la postière est souriante. Sinon, je me serais jetée moi-même par dessus le portail !

 

 

Voir les commentaires

2020-01-27T06:53:00+01:00

Sulky Village – bloc 2

Publié par Fille Ainée

Me voilà comme promis au rendez-vous pour vous montrer le deuxième bloc de ce projet et vous motiver dans cette grande aventure.

Je tiens avant tout à vous présenter le travail de Trotti qui, la semaine dernière, m'a envoyé une photo de son premier bloc. Un travail très appliqué. Bravo !

@ Trotti

@ Trotti

Voici ma version du deuxième bloc. J'espère que vous êtes toujours avec moi !

Sulky Village – bloc 2
Sulky Village – bloc 2

Il est un peu plus grand que le premier mais je me suis tout autant régalée à le réaliser. De ce fait, je vous laisse un mois pour son exécution et on se retrouve fin février pour attaquer le troisième !

 

 

 

 

Sulky Village – bloc 2

N’oubliez surtout pas les arbres sur le côté ! Et comme je suis de nature un peu impatiente, je me suis empressée de l’assembler au premier bloc.

Sulky Village – bloc 2

À vos machines et rendez-vous le 24 février pour la présentation du troisième bloc !

Voir les commentaires

2020-01-24T11:23:33+01:00

Chapeaux bas !

Publié par Fille Ainée

... ou l’art de créer un truc qui ne sert strictement à rien mais qui aura eu, au moins, le mérite de m’occuper toute une après-midi !

 

Comme les matins sont un peu maussades en ce moment, je prends le temps, en buvant mon café, de feuilleter des vieux Marie-Claire Idées récupérés par Moutie. Activité aux apparences fort innocentes mais qui peut avoir des conséquences désastreuses sur l’organisation de toute une journée.

 

On ne peut pas dire que ce soient des numéros d’actualité puisque la plupart datent des années 90 et affichent des prix en francs. Mais les idées restent tout aussi originales quelles que soient les années. C’est dans le numéro 117 (décembre 2016) que je suis tombée sur cette page.


 

Chapeaux bas !

Inutile bien entendu de se demander si l’offre découverte est toujours valable mais ces deux petits personnages n’en sont pas moins rigolos. Et c’est alors que la lumière se fut dans ma cervelle de moineau. Je me suis rappelée que l’été dernier, en faisant le ménage dans les tiroirs de Moutie (en vu de faire de la place), j’avais récupéré quatre petites têtes en bois, semblables à celles de cette page.

 

Et… comme quoi la vie est fort bien faite, j’avais également en ma possession tout un tas de vieilles bobines en bois chinées par Moutie dans un vide-grenier quelconque. Ne sous-estimez donc pas le pouvoir de la récup ! Une moindre perle, un moindre bout de ruban, peuvent, un jour, prendre toute leur importance dans un projet !

 

Chapeaux bas !

Seulement, comme à mon habitude, je n’ai pas voulu copier, tel un mouton de panurge, ce que j’avais vu dans le magazine. Et très vite s’est imposée l’idée d’une course de chevaux. Mais attention, pas n’importe laquelle : le Royal Ascot. Sans conteste, la course hippique la plus célèbre au monde ! Un meeting royal qui attire toute la haute-société britonique, un rendez-vous mondain, la quintessence de l’élégance. Il me fallait bien entendu habiller mes petits personnages en fonction !


 

Chapeaux bas !

C’est à grand renfort de pistolet à colle (et je crois que j’y ai mis le paquet mais pas facile pour réaliser un truc aussi petit !), de perles récupérées sur des colliers à Nains, de cordelettes et de ruban que sont nées ces trois demoiselles. Et elles vont être fières, au mois de juin prochain, de se rendre à Ascot !

Chapeaux bas !
Chapeaux bas !

Elle, il va lui falloir de la place !

Chapeaux bas !
Chapeaux bas !
Chapeaux bas !

Je suis, bien entendu, allée voir si le site de VBS existait toujours et j’ai eu l’agréable surprise de constater que c’est le cas. Et du coup, j’ai même demandé un catalogue. Et c’est là où ça va vraiment devenir dangereux !

 

Voir les commentaires

2020-01-22T06:58:00+01:00

Prague - suite

Publié par Fille Ainée

Pour cette deuxième journée de découverte de Prague, nous commencerons par la Maison Municipale. Bâtiment construit entre 1905 et 1911, il est situé à l’emplacement de la demeure royale appelée Cour royale, habitation temporaire du roi Zikmund.

Le bâtiment est considéré de façon générale comme un exemple important de l’Art nouveau à Prague. 

Prague - suite

En face du bâtiment, énorme contraste architectural : cette banque à l’allure plus que sévère. Influence communiste, nul doute !

Prague - suite

Rentrons à présent dans la Maison Municipale. La salle Smetana est l'espace central du premier étage. C’est dans cette salle que sont donnés les concerts les plus connus à l’occasion du Printemps de Prague.

 

 

Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite

À côté de cette salle, des petits salons comme celui-ci dans lequel les femmes étaient autorisées à se retirer et à boire seules !

Prague - suite
Prague - suite

La visite se poursuit dans le reste du théâtre.

Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite

Nous sommes restés longtemps sous le charme de cette visite. C’est à vous donner des envies de revenir dans le temps.

 

Promenade à nouveau dans les rues… On ne s'en lasse pas !

 

 

Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite

Et quand la nuit tombe…

Prague - suite

Nous avons passé notre dernier jour à explorer le cimetière juif. Une visite très émouvante…

Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite
Prague - suite

Pour clore notre dernière journée, il était essentiel que nous brûlions quelques calories. Après avoir déjeuné dans un petit restaurant dans le quartier Mala Strana, nous avons vaillamment grimpé la colline de Pétrin. Je vous passe les gémissements de certains de nos Nains qui remplis jusqu'à la gorge de jarret de porc, éprouvaient quelques difficultés à avancer.

 

On l'a tué ce cochon !

On l'a tué ce cochon !

Nous avons en effet refusé d’emprunter le funiculaire, lui préférant l’option « tu en baveras dans la montée ». Au sommet, une tour qui ressemble de près loin à notre très chère Tour Eiffel.

Prague - suite

Pour récompenser nos Nains de leurs efforts suprêmes dans la montée, nous leur avons offert un tour dans la galerie des glaces. Une visite kitch qui a bien fait rire tout le monde. Si seulement l'accueil avait été plus aimable !

 

Prague - suite

Récompense au retour (pour faire marcher les Nains) : un trdelnik ! Une pâtisserie traditionnelle sucrée, à base de pâte de farine, enroulée autour d’une brochette en bois, puis grillée à la braise et recouverte de sucre et de noisettes pilées. Le genre de truc que si tu n’en as plus à rien à faire de tes artères, eh ben vas y mon gars ! Pire encore quand elle est servie remplie de Nutella.

 

 

Prague - suite

Au final, reviendrons nous à Prague ? Peut-être que oui la Mouette !

 

 

Prague - suite

Trois jours auront suffi à cette découverte mais nous ont certainement donné l’envie d’aller voir ce qui se passe dans la campagne tchèque.

Allez, laissez-vous tenter !

Voir les commentaires

2020-01-20T04:20:00+01:00

L'art de tourner en rond

Publié par Fille Ainée

Je cherchais une idée toute simple mais efficace pour décorer un pan de mur, au-dessus d’une tête de lit. Il existe des tas de choses dans le commerce mais voilà, je voulais de l’exclusif !

 

Quelques attrape-rêves, quelques cercles à broder, quelques coupons de tissu et, de cet ensemble, est né un assemblage de cercles.


 

L'art de tourner en rond

Les tissus ont été coupés légèrement plus grands que les cercles, tendus, puis collés au dos, sur le bois. Sur l’un deux, j’ai thermocollé une branche de cerisier.

L'art de tourner en rond

Pour tenir les cercles les uns aux autres, je voulais quelque chose de discret. Je me suis donc servi de petits liens en plastique. Cependant, chose que je ne comprends pas sur l’emballage ; pourquoi ne faut-il ouvrir le sachet qu’à la dernière minute, juste avant de s’en servir ? Le monde est fait de bien grands mystères !

 

 

L'art de tourner en rond

À l’origine, les grands attrape-rêves blancs étaient vendus avec rubans et flonflons mais, après réflexion et consultation des masses, j’ai jugé plus sage de retirer tout cela pour éviter que des petits doigts poisseux ne tripotent mon œuvre d’art. Car voyez-vous, cette tête de lit viendra décorer le mur d’une des chambres de notre futur Airbnb. À moins qu’un de mes Nains ne se l’approprie avant d’avoir le temps de dire ouf.

L'art de tourner en rond

Maintenant que pourrais-je bien en faire ? J’ai déjà la cervelle en ébullition.

 

L'art de tourner en rond

Voir les commentaires

2020-01-18T05:07:00+01:00

Et si ce week-end on bidouillait ?

Publié par Fille Ainée

Si comme ici, le temps est maussade chez vous ce week-end, je vous propose un petit bricolage.

 

De jolies rosaces en papier, un cadre de chez Le Suédois, un feutre noir et le tour est joué.


 

Et si ce week-end on bidouillait ?

Je confesse, les rosaces ont été achetées chez le marchand de merdouilles local mais le Net abonde de tutos. Il suffit d'avoir un joli papier sous la main. 

Et si ce week-end on bidouillait ?

Comme je ne sais pas dessiner, c’est en tirant la langue que j’ai tracé mes volutes sur une feuille de papier Canson.

 

 

Et si ce week-end on bidouillait ?

Ce n’est pas un ouvrage transcendant qui va changer la face du monde mais qui peut très certainement vous occuper un moment pour éviter de succomber à la morosité d’un jour sans soleil. Et je trouve qu’il fait son petit effet. Qu’en pensez-vous ?

Voir les commentaires

2020-01-17T06:28:00+01:00

La goûteuse d’Hitler

Publié par Fille Ainée
La goûteuse d’Hitler

Ce roman s’est inspiré, très librement, de l’histoire vraie de Margot Wölk qui, à l'âge de 96 ans, s’était enfin décidée à raconter son expérience pendant la guerre. Recrutée pour faire partie de ce cercle privé, elle était employée à goûter les plats servis à la table du Führer, terrorisé à l’idée que l’on attente à sa vie.  

1943. Prusse Orientale. Elles sont dix, dix femmes devant une assiette, la faim au ventre mais surtout la peur nouant leurs entrailles ; chaque bouchée est peut-être la dernière ! Parmi elles, Rosa, elle aussi recrutée de force pendant que son mari Gregor, lui, est au front. Considérée comme « l'étrangère » car elle vient de Berlin, Rosa s’est réfugiée chez ses beaux-parents en attendant le retour de son mari.

Mais entre les murs du réfectoire, c’est une autre guerre qui s’affronte. Des affinités se créent mais également de la jalousie, de l’hostilité et des révélations qui vont bouleverser des vies.

Pourtant, la réalité est la même pour toutes : consentir à leur rôle, c'est à la fois vouloir survivre et accepter l'idée de mourir.

« À la table du Loup », c’est ainsi que le titre de ce livre a été traduit en anglais et je trouve qu’il reflète davantage son contenu plutôt qu’un simple « goûteuse ».

Je dois avouer que j’ai moyennement aimé ce livre car le style de l’auteure est assez difficile à suivre. Dans un même paragraphe, sans prévenir, elle passe d’un personnage à l’autre et sous peu que vous soyez peu attentif, vous êtes bon pour relire le passage en entier.

Le démarrage est également lent, le style alambiqué et une progression dans l’histoire pas toujours facile à suivre à cause de nombreux retours en arrière qui se produisent sans crier gare.

La fin est un peu décevante et je suis restée sur ma faim au niveau de la troisième partie. De nombreux blancs sont laissés dans la vie de Rosa qui donnent l’impression que l’auteure a eu envie de terminer au plus vite son roman pour respecter un délai de publication. Pourquoi avoir passé tant de temps sur les deux premières parties pour expédier de telle façon la dernière ? C’est bâclé !

Je retiendrais tout de même cette très jolie phrase :

« Vous avez beau ne pas supporter le chapelet de boutons sur votre peau, l’intense soulagement que vous éprouvez à vous gratter contredit votre envie de guérir. »

 

 

Voir les commentaires

2020-01-15T06:43:00+01:00

Prague... matique !

Publié par Fille Ainée

Cela faisait quand même longtemps que nous n’étions pas allés nous promener, vous et moi ! Un petit bol d’air frais ne faisant pas de mal, je vous emmène à Prague, en République Tchèque.

 

Pour nous, l’occasion de nous y retrouver en famille pour la Nono dernière mais je dois avouer que, grâce à cette entreprise ferroviaire publique française et sa bande de joyeux lurons, les choses étaient plutôt mal parties dès le début. Je m’abstiendrais de tout commentaire négatif mais je ne les remercierais pas non plus.

 

Nous sommes difficilement partis de Lyon et après un léger saut de puce, sommes arrivés à Prague. C’est tellement facile que nous nous sommes demandés pourquoi nous n’y avions pas pensé plus tôt ! Nous avions loué un loft en plein cœur du vieux quartier, à deux pas de la place de la vieille ville.

 

Je ne partagerai pas avec vous l’adresse de notre location car, bien que confortable et hyper pratique, ce loft nous a réservé quelques surprises.

 

Prévu pour 6 personnes, il ne proposait que 4 chaises de salle à manger (nos Nains ont adoré ce jeu des chaises musicales improvisé. Je doute que les voisins du dessous aient apprécié notre ambiance festive !), uniquement du savon pour se laver alors qu’il nous était promis gel douche et shampoing (avec des Nains qui se lavent les cheveux tous les jours vous imaginez aisément les hurlements en constatant cette pénurie), un matelas gonflable en guise de lit pour deux personnes et qui s’est systématiquement dégonflé tous les matins (Moyen Nain a cru y vivre sa dernière heure) et un tapis qui n’avait sans doute jamais vu passer l’aspirateur et sur lequel j’ai retrouvé des touffes de cheveux longs (je dormais sur le canapé lit du Suédois, le nez à ras la moquette !). Bref, une expérience que nous ne renouvèlerons pas mais qui, maintenant qu’elle s’est achevée, nous fait beaucoup rire.

 

Donc, pour en revenir à Prague, nous avons tout simplement adoré ! L’ambiance festive de fin d’année sur les marchés de Noël, l’architecture, les grandes balades à pied… tout sauf peut-être l’accueil de certains locaux maussades (on dirait qu’ils en ont ras la casquette des touristes) et des pratiques peu honnêtes de certains commerçants. Mais bon, on passera sur tout ça pour ne retenir que le meilleur. Par contre, ne nous parlez plus JAMAIS ni de porc, ni de pommes de terre.

 

Le premier soir, à notre arrivée, arrêt obligatoire au marché de Noël sur la place de la vieille ville. Je vous avoue que je m’attendais à davantage de petits stands d’artisanat et au final, il n’y a presque que de la nourriture. Nous nous sommes jetés sur les jarrets de porc et je dois vous avouer que ces pauvres cochons ne sont pas morts en vain. Arrivant tout droit de Malaisie – pays musulman où le goret se fait rare – nous nous sommes vite rattrapés. Sur ça et le vin chaud ! Et puis quelle atmosphère ! Par contre, quelle foule aussi ! Mais bon, on s’est tous tenus la main pour éviter d’en semer de partout.

 

 

 

Prague... matique !
L'église de Notre Dame du Tyn

L'église de Notre Dame du Tyn

Eglise Saint Nicolas dans laquelle sont donnés des concerts

Eglise Saint Nicolas dans laquelle sont donnés des concerts

Notre premier jour de découverte a débuté, à nouveau, sur la vieille place histoire de voir en plus clair ce que nous avions fait la nuit précédente. Les Nains ont du me maudire car j’avais constamment le nez en l’air et bien évidement j’ai considérablement ralenti l’allure de notre expédition. Mais tout est tellement beau !

 

Premier arrêt obligé devant l’horloge astronomique médiévale sur laquelle défilent, toutes les heures, les douze apôtres et un petit squelette qui agite sa clochette. Si vous n’aimez pas les bains de foule, fuyez à toutes jambes.  

Prague... matique !

Ensuite, découverte de l’intérieur de l’église Saint Nicolas que nous n’avions pas eu la chance de découvrir la veille. Cette église est de style baroque et est le théâtre de nombreux concerts, notamment d’orgue.

Prague... matique !

Son lustre, offert par la Russie, pèse 1 400 kg.

Prague... matique !

Puis direction, à pied, vers le château. Il faut pour cela traverser la Vltava en passant, au préalable, devant le Rudolfinum, un bâtiment néo renaissance qui sert de salle de concert.

 

Prague... matique !

Nous avons adoré nous promener, le nez au vent, dans les petites rues de la vieille ville. Impossible de se perdre.

 

Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !

Si au passage, il vous prend l'envie de choisir une petite porte d’entrée pour votre humble demeure…

Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !

Au loin, le château nous attend…

Prague... matique !

Personnellement, je n’ai pas trouvé cet édifice si extraordinaire que cela. Nous retiendrons de cette visite uniquement le plafond de la salle du Palais Royal sur lequel ont été peints des blasons. Versailles, à côté, tu n’as rien à lui envier à ce château.

Prague... matique !
Prague... matique !

Dans l’enceinte du château, on peut également visiter la cathédrale Saint Guy. Sachez cependant que, même sans payer, vous pouvez entrer dans cette cathédrale mais vous ne pouvez pas accéder à l’intégralité du lieu. Alors, je vous fais visiter…

 

 

Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !

Comprise dans le circuit de visite du château (si bien entendu vous avez acheté un billet), se trouve la Ruelle d’Or. Un gros coup de cœur pour ma part que j’ai, malheureusement, négligé de prendre en photo. Il faut dire qu’il y avait foule et que je me suis totalement perdue dans ces petites maisonnettes miniatures adossées au mur d’enceinte du château. Si c’était à refaire, de cette visite, je retiendrais uniquement la cathédrale et cette ruelle.

 

Quittons à présent le château pour rentrer vers la vieille ville en passant par les ruelles.

Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !

Il nous a bien entendu fallu emprunter le pont Charles et nous n’étions pas les seuls !! Ce pont est un symbole de la ville, envahi de touristes, musiciens, et artistes divers.

Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !
Prague... matique !

Pour finir la journée en beauté, Monsieur 3xrien avait réservé des billets de concert dans la chapelle des miroirs du Clementinum. Un endroit vraiment magique. Cependant, je ne suis pas sûre que Petit Nain ait totalement apprécié les Quatre Saisons de Vivaldi sans étouffer un bâillement.

 

Prague... matique !
Prague... matique !

Sur cette note, je vous propose de continuer notre découverte la semaine prochaine si bien entendu cela vous dit !

 

Voir les commentaires

2020-01-13T06:22:00+01:00

Les affaires reprennent !

Publié par Fille Ainée

Je suis très admirative des ouvrages de Roxane. Cela fait un moment que je la suis sur son blog Scrapquiltandstitch et j’ai fait l’acquisition de plusieurs de ses modèles au fur et à mesure des années.

 

On se souviendra du premier, Eastwood Village – toujours mon favori – qui m'a permis de rencontrer Ma Jumelle -, De Deauville à Cape Cod – qui lui est parti chez Moutie -, d’Esprit de Noël – qui attend d’être terminé pour la fin de l’année mais je ne sais pas encore laquelle et enfin Birdhouse Lane qui lui n’a jamais décollé mais j’ai imprimé tous les blocs, juré, craché.

 

Depuis, j’ai failli me laisser tenter par ses Impressions Nordiques et surtout par le petit dernier, Cap à l’ouest, mais j’ai su rester forte. Tous ses ouvrages sont toujours disponibles à la vente sur le site.

 

Mais il arrive que ce soit mon jour de chance lorsque Roxane publie des ouvrages gratuits. Vous vous souviendrez peut-être de ses cartes postales de vacances commencées l’été dernier :


 

Camping sauvage. Attention aux ours !

Camping sauvage. Attention aux ours !

Petite lessive d'automne

Petite lessive d'automne

Journée à la plage

Journée à la plage

Roxane propose également gratuitement de charmants livres textiles et j’ai régulièrement vu passer de très jolies interprétations. Je me suis donc dit qu’en ce début d’année qu’il n’y avait pas de raison que moi aussi je ne participe pas. Mais l’idée d’un livre ne m’ayant pas vraiment conquise, j’ai réfléchi à une tout autre présentation. Et c’est là que la lumière fut !

 

Les affaires reprennent !

Voici donc la première page du Village du Père Noël – dont vous trouverez le PDF gratuit ICI – associé aux trois autres cartes postales réalisées précédemment.  

Sports d'hiver

Sports d'hiver

Je ne sais pas ce que nous réserve Roxane pour les pages suivantes mais elle foisonne tellement d’idées que je ne risque pas d’être à cours pour ajouter des blocs supplémentaires à mon quilt.

 

J’espère qu’elle ne m’en voudra pas d’avoir détourné ses ouvrages et de renommer mon projet « Vacances pour tout oublier ».

Les affaires reprennent !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog