Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2013-10-18T04:03:00+02:00

Encore le coup de cœur

Publié par Fille Ainée

Décidément, ca ne s’arrange pas. Plus je vais au Cambodge et plus j’aime ce pays, ces gens, leur gentillesse, mais surtout ces sourires sur des visages burinés. Et pourtant, ils n’ont pas eu la vie facile !

 

Le Cambodge a en effet eu un passé agité. Sous régime colonial français jusqu’en 1953, il est ensuite touché par la guerre du Vietnam dans les années 1960 pour ensuite souffrir sous le régime totalitaire de Pol Pot et des Khmers rouges dans les années 1970. Des millions de personnes ont péri pendant cette période d’oppression. Y’a de quoi s’arrêter de sourire ! Et bien non.

 

Après un samedi matin un peu agité où nous avons failli manquer l’avion (c’est une longue histoire mais les réveils à 4h du matin ne nous réussissent guère !), nous avons atterri dans un Siem Reap inondé (c’est la saison des pluies et le lac voisin déborde régulièrement).

 

DSC04790.jpg

 

DSC04791.jpg

 

Les enfants vont à l’école les pieds dans l’eau et les tuks tuks noient leurs moteurs dans des caniveaux gorgés de l’eau sale des égouts.

 

DSC05075

 

Nous avons pris nos quartiers au Raffles, un des plus beaux hôtels de Siem Reap. Un hôtel où l’on se détend au bord d’une piscine de 35 mètres après une journée passée à visiter les temples.

 

DSC04801.jpg

 

Une piscine où l’on vous apporte des fruits frais, compliments de la maison, des lingettes pour vous rafraîchir, un chapeau de soleil et des verres d’eau fraîche. Une piscine où l’on n’hésite pas à aller vous chercher un parasol même s’il est de l’autre côté pour vous garantir de l’ombre et où l’on vous propose de nettoyer vos lunettes de soleil. Une piscine autour de laquelle vous pouvez dîner aux chandelles. Dès le premier jour, une certaine indolence m’a prise !

 

Documents24.jpg

 

Mais Siem Reap, ce n’est pas seulement le Raffles, c’est surtout le point d’accès aux temples d’Angkor. Des temples dont on ne se lasse pas. Et quand on pense que l’on a sous les yeux plus de 1 000 ans d’histoire, ça vous rend tout timide !

 

DSC04882.jpg

 

DSC04925.jpg

 

DSC04948.jpg

 

DSC05068

 

Peu de choses ont changé en 2 ans – date de notre dernier passage – mais l’on remarque des efforts de consolidation (vains certes mais efforts quand même).

 

DSC04928.jpg

 

DSC04957.jpg

 

Mais que deviendront toutes ces pierres dans 20 ans ? Surtout avec les hordes de touristes (chinois pour la plupart) qui touchent, grimpent, fument, jettent leurs ordures dans ces sites magnifiques. Aucun respect pour l’histoire, ça hurle, ça s’agite, du moment qu’ils ont pris leurs photos affalés contre des frises anciennes, ils sont contents !

 

DSC04951.jpg

 

Pour notre première excursion, nous avons loué les services de M. Sarem, notre chauffeur de tuk tuk préféré. Un homme qui connaît toutes les ornières et sait les éviter. Nous l’avons retrouvé avec grand plaisir (j’avais précieusement conservé sa carte) et si vous aussi, vous prévoyez un voyage à Siem Reap, contactez-moi et je serais ravie de vous communiquer son numéro de téléphone. Il est magique ! Il vous dépose devant un temple, va se garer et dès que vous avez terminé, il réapparait sans que vous ayez besoin de le chercher. L’antithèse de Monsieur 3xrien ! Le tuk tuk de M. Sarem sert à transporter les touristes mais d’autres ont su trouver d’autres usages.

 

DSC05043.jpg

 

DSC04829.jpg

 

DSC05007.jpg

 

DSC05010.jpg

 

Nous sommes également retournés au marché au plus grand dégoût des narines des Nains qui pourtant sont habitués ! Mais moi, je me régale de ces couleurs, des senteurs des épices et des fruits exotiques en concurrence avec les odeurs de déchets de poisson et de viande sur laquelle courent les mouches !

 

DSC04833

 

DSC04834

 

DSC04835.jpg

 

DSC04838.jpg

 

Petites frivolité de la part des Nains : le fish spa. Une façon comme une autre de se faire nettoyer les pieds par des petits poissons affamés. Personnellement, je préfère les soins du salon d’à côté !

 

Documents21.jpg

 

Nous avons terminé notre séjour par une « balade » à vélo au milieu des temples d’Angkor. Un circuit de 40 km sous la pluie ! Mais c’est ainsi que l’on découvre le vrai Siem Reap !

 

DSC04856.jpg

 

DSC04858.jpg

 

DSC04859.jpg

 

DSC04876

 

DSC05036.jpg

 

Documents23.jpg

 

A moins que ce ne soit celui-là ...

 

DSC04999

 

DSC04996.jpg

 

DSC05000-copie-1.jpg

 

DSC05046.jpg

 

DSC05066.jpg

 

J'ai quitté le Cambodge avec des images plein la tête et une énorme envie de revenir. Envie de revoir ces moines qui déambulent dans les ruines des temples,

 

DSC04900.jpg

 

DSC04922.jpg

 

DSC04994.jpg

 

ces rizières qui s'étendent à perte de vue,

 

Documents22.jpg

 

et surtout ces enfants, leur joie de vivre, leurs jeux si simples.

 

DSC04891-copie-1.jpg

 

DSC04894.jpg

 

DSC04909.jpg

 

DSC04924.jpg

 

DSC04959.jpg

 

DSC05009.jpg

 

DSC05051.jpg

 

DSC05061.jpg

 


 

Voir les commentaires

2013-10-12T04:33:00+02:00

Indie, nous revoilà !

Publié par Fille Ainée

Premières vacances de cette nouvelle année scolaire et grosse envie de retourner sur nos pas mais en y trainant les Nains cette fois. Alors à nous les tours de vélo à Siem Reap, dans le parc d’Angkor Wat.

 

Promis, je ne vous barberai pas avec de nouvelles photos mais si vous n’étiez pas là il y a 2 ans, vous pouvez suivre notre précèdent périple ICI. A bientôt !

 

Voir les commentaires

2013-10-11T04:50:00+02:00

La vie en rose

Publié par Fille Ainée

Organisé par l’Association des femmes britanniques en Malaisie, l'ABWM (surnommée sans vouloir offenser personne le Club des pétasses qui lunchent) : le Pink Lunch. Vous vous en doutez (vu le surnom), je ne participe pas souvent aux activités de l’Association mais pour une bonne cause – le cancer du sein – et aussi parce qu’il était organisé à l’hôtel Majestic, je ne pouvais rater ça !

 

majestic.jpg

 

Le Majestic est un des plus vieux hôtels de Kuala Lumpur. Construit en 1932, dans un style néo-classique, il est le symbole du luxe de l’époque. Ses 18 chambres sont toutes équipées du confort moderne et toutes les salles de bain ont l’eau chaude et froide, douche et baignoire. Le mobilier spécialement dessiné pour l’hôtel, la vaisselle et les rideaux, viennent tous d’Angleterre. On danse sur le toit et des artistes du monde entier viennent se produire. Les soirées sont extravagantes et le dimanche après-midi, on vient savourer le tiffin (une autre invention britonne) et l’on prend le thé en dansant ! Le tiffin est un second petit-déjeuner ou encore un lunch très léger qui prend son origine en Inde. Tiffin signifiait en argot briton « boire un t’it coup » sauf que je n’ai jamais vu un Briton s’arrêter à un « t’it » coup ! Monsieur 3xrien ne m’en voudra surtout pas de cet aparté !

 

Mais vers 1970, le Majestic perd de sa gloire et des hôtels beaucoup plus luxueux et modernes lui font perdre son apogée. Il tombe en désuétude mais sauvé de la démolition par le gouvernement, il est classé au patrimoine de l’héritage. C’est aujourd’hui grâce à une chaine d’hôtels qu’il accueille à nouveau les visiteurs. Les chambres sont hors de prix, les restaurants vous coupent l’appétit dès que vous ouvrez la carte. Il faut s’y attendre lorsque l’on a envie de revivre le luxe des temps jadis ! Snob !

 

Pink-Ribbon1.jpg

 

Et n'oubliez pas de vous faire examiner régulièrement !

 

 

 

Voir les commentaires

2013-10-10T04:08:00+02:00

Avant le repos du guerrier

Publié par Fille Ainée

Voici trois nouveaux blocs tirés de deux journaux.

 

Le premier, celui de Mary Austin Adelia Wallace, superwoman de l’époque. En l’absence de son mari, parti à la guerre, c’est Mary qui fait tourner la ferme, s’occupe de ses deux enfants et pendant son temps libre (en avait-elle ???) tricote et coud pour arrondir ses fins de mois. Elle coupe la cane à sucre, s’occupe des animaux de la ferme, fait du savon, sème les récoltes, peint les bâtiments, monte des clôtures… Son journal est bref, concis et parle surtout de ses corvées. J’imagine qu’après une longue journée dans les champs, Mary avait peu envie de s’épancher sur les pages de son journal.

 

Cane à sucre

 

DSC04788.jpg

 

15 octobre 1862

J’ai éclairci le champ de cane à sucre toute la journée.

 

16 octobre 1862

Pa et moi avons fini de nettoyer le blé. Pa a chargé du sable. Je suis allée chez M. Watterman pour voir si je pouvais lui amener la récolte de cane à sucre. Egalement pour voir M. Story au sujet des travaux de maçonnerie. Il n’était pas chez lui. Sa femme m’a dit qu’elle pensait qu’il ne pourrait pas venir avant cinq à six semaines.

 

22 octobre 1862

J’ai coupé et chargé une récolte de cane à sucre que j’ai emmenée au moulin de M. Watterman. M. Abbott l’a préparée pour commencer demain matin.

 

23 octobre 1862

J’ai emmené une récolte au moulin, je suis rentrée et je suis restée toute la nuit chez mère Kyes.

 

24 octobre 1862

Je suis rentrée à la maison et j’ai chargé le reste de la récolte de cane à sucre. Je l’ai emmenée au moulin. J’ai obtenu ma mollasse, plus de 17 galons et j’ai payé quatre dollars. En rentrant à la maison, je me suis arrêtée chez mère Kyes où j’ai trouvé deux lettre datées du 13 et 17 de Bruce. Je suis rentrée à la maison et j’ai recouvert le silo à blé.

 

25 octobre 1862

J’ai déchargé ma mollasse, chargé sept rangées de fromage et deux boisseaux de blé pour la farine. Je me suis rendue à la coopérative avec mon blé.

 

1 novembre 1862

J’ai fini de déterrer les pommes de terre et la cane à sucre. Je les ai ramassés et les ai enterrés.

 

Et deux blocs tirés du journal de Sarah Lois Wadley, ado typique de l’époque. Sarah a 16 ans quand la guerre éclate et elle passe ses journées à se promener, peindre et rendre visite à ses amies. Elle va peu à l’école. Mais elle aide également sa mère à coudre des vêtements pour les soldats.

 

Club de couture pour les soldats

 

DSC04786.jpg

 

14 juillet 1861

J’ai été tellement occupée par des obligations sociales depuis mardi que je n’ai pas eu le temps d’écrire. Mercredi matin, je suis allée à cheval jusqu’au moulin avec Willie et le soir, je me suis rendue chez le Docteur Young pour voir Miss Marshall de Vicksburgh, une jeune femme venue rendre visite à Carrie. Jeudi était le jour convenu pour la réunion de notre association. J’y suis bien sûr allée, Mère n’a pas pu laisser Miss Mary ; notre réunion a été des plus plaisantes, environ douze ou treize femmes étaient là, et dix neuf noms figuraient sur notre liste. Les personnes responsables élues étaient Mme Robbles, la présidente, Miss Josephine Friend, la vice présidente, Miss Bry, la trésorière, et Miss Sarah Wadley, la secrétaire. La prochaine réunion aura lieu jeudi de la semaine prochaine. Jeudi après-midi, je suis allée voir Mme Adams et j’avais l’intention de me rendre chez le Major Bry mais j’ai rencontré sa fille chez M. Adams et de ce fait, j’ai passé la soirée là-bas. Vendredi matin, je me suis rendue à cheval aux camps avec Willie et j’ai rendu visite à Mme Hodge Adams ; dans l’après-midi, je suis allée rendre visite aux demoiselles Bry, et j’ai passé un très agréable moment en compagnie de la famille. Samedi matin, la réunion trimestrielle à l’église Méthodiste a débuté, je m’y suis rendue et j’ai écouté un sermon que j’ai trouvé ni élégant ni de bon goût, mais qui m’a donné une envie renouvelée de faire des efforts pour avoir plus de bonté. Après la messe, l’Ancien qui présidait a formulé quelques remarques à l’encontre de notre association de couture pour les soldats et a invité les femmes à s’y joindre.

 

Une union de nom

 

DSC04787.jpg

 

18 avril 1861

Je crains que la guerre ne soit inévitable, Fort Sumter est tombé entre nos mains, les défenses de Fort Pickens ont été renforcées mais il a été attaqué le 15. Le Président des Etats-Unis a publié une déclaration qui pourrait bien être considérée comme une véritable déclaration de guerre, et qui doit irriter le Sud. Il refuse de reconnaître la demande de la Confédération sudiste de figurer dans un ensemble de nations, mais envisage la rébellion sécessionniste et ordonne à toute personne faisant partie de cette « combinaison » de se disperser et de reprendre, dans vingt jours, leur rôle de citoyens pacifistes des Etats-Unis. Il déclare que les droits et propriétés de tous ces citoyens pacifistes doivent être respectés ; cette proclamation a été publié avant que les canons de Charleston n’obligent Fort Sumter à se rendre, et depuis, d’après le contenu des dépêches qui circulent on peut supposer que Lincoln a de légères hésitations ; Oh ! quelle mélancolie, dans quel état de mélancolie se trouve notre pays, jamais depuis la mort de Caïn une telle guerre n'a été aussi déplacée et anormale ; pour quelle raison le Nord a t-il fui, il s’est littéralement retiré, quel est son objectif ? Quels bénéfices peuvent-ils tirer des horreurs d’une guerre civile dans notre pays, et ils pensent qu’ils peuvent obliger le Sud à rejoindre une union qu’ils méprisent perfidement, Oh ! que tout homme, femme et enfant périssent plutôt sur le sol qui leur a donné naissance et qui les a nourri plutôt que de s’attirer les foudres de nos ancêtres libres sur la race dégénérée qui va jusqu'à s’abaisser à demander à nouveau l’adhésion à une union de nom dans laquelle haine et trahison résident dans les cœurs de ceux avec qui nous avons été unis.

 

Pas de blocs la semaine prochaine car mes Nains sont en vacances et nous en profitons pour les aérer. Je reviendrai donc dans 15 jours avec une nouvelle production.

 

 

Voir les commentaires

2013-10-04T04:44:00+02:00

Le mur de Grand Nain

Publié par Fille Ainée

Ce n’est pas le mur de Berlin mais presque. Où c’est plutôt la preuve que si vos parents ne vous laissent pas crayonner sur les murs quand vous êtes petit (rassurez-vous deux de mes Nains m’ont vengée chez leurs grands-parents), immanquablement vous présentez des séquelles à l’âge adulte et vous vous rattrapez puissance 10 plus tard.

 

Bon, ceci dit, je ne pense pas que mon propriétaire pousse des hurlements puisqu’il avait été prévenu au moment de la signature du bail et que c’est même lui qui a faire peindre le mur pour faire ressortir mes graffitis. J’ai choisi la couleur et il a été l’acheter. Un homme en or, non ?

 

Aidée de Miss S., ma partner in craft, nous avons obéi aux souhaits de Grand Nain. Armée d’une craie et juchée sur une échelle, Miss S. a dessiné l’arbre et ses feuilles et je me suis contentée de colorier dans les traits sans dépasser.

 

DSC04773.jpg

 

Les alouettes sont un pochoir de Martha Stewart, celle qui a fait quelques semaines au fond du trou pour avoir oublié de payer ses impôts – ou détourné des fonds, je ne sais plus - et heureusement qu’ils l’ont libérée sinon, je faisais comment moi ?

 

DSC04780.jpg

 

Et comme c’était la grande migration, quelques petits oiseaux ont élus domicile sur le haut du baldaquin. Attention aux retombées ! (Patron gratuit de Spoolsewing ICI)

 

DSC04775.jpg

 

On a quand même réussi à en attraper deux pour les mettre en cage !

 

DSC04772.jpg

 

DSC04774.jpg

 

Maintenant, je peux passer aux murs de la Gare du Nord sans souci. Quoique...

 


Voir les commentaires

2013-10-03T04:25:00+02:00

Le jeudi de la guerre

Publié par Fille Ainée

Aujourd’hui, nous repartons de bon pied avec Nancy Elly Moore. Pour celles qui ne suivent pas ou plus, c’est ICI.

 

Produits marchands

 

DSC04760.jpg

 

22 mai 1863

Le mercure dépasse les 53° (ndt : Fahrenheit) dès le lever du soleil. Nous avons tellement besoin de pluie. Des femmes rebelles condamnées, sous peu, à rejoindre les lignes fédérales ont été aperçues ; et deux d’entre elles se sont rendues au magasin de McGoodwin pour y acheter quelques robes avant de partir. Elles geignaient et pleuraient. L’une d’elles a déclaré, c’est notre tour aujourd’hui mais bientôt ce sera le votre. Le jeune McGoodwin a quitté le magasin lorsque ces femmes rebelles sont entrées et c’est son père, sécessionniste, qui les a servies. Il les a informées que la semaine prochaine aucun produit marchand ne pourra être envoyé à Franklin ou du côté de Louisville sans passer par un processus rigoureux, tel que l’obligation de soumettre la liste des produits qu’elles désirent acheter et de régler le coût d’un permis d’acheter ainsi que du cachet apposé. A la suite de cela, les produits achetés devront être examinés et le cachet apposé également réglé. Les achats pourront alors parvenir à leur destination. Il les a averties que de nombreux soldats de la guérilla se trouvaient à proximité et de nombreuses personnes étaient surprises qu’elles s’aventurent hors de chez elles avec un cheval aussi magnifique. Car, si les soldats venaient à croiser leur chemin, il est certain qu’ils s’empareraient du cheval. Elles se sont dépêchées de rentrer chez elles.

 

Maintenant, passons chez Hannah Walton Sanders. J’adore la façon dont elle parle de son mari en disant M. Sanders. C’est d’un chic !

 

Eglise

 

DSC04761.jpg

 

27 janvier 1861

Temps magnifique mais le sol est toujours couvert de neige. Une journée parfaite, bien sûr, pour prêcher à l’église en brique. Tellement de neige que nous n’avons pas pu nous y rendre.

 

3 février 1861

Journée nuageuse et froide. Le niveau de la rivière a un peu baissé. Lynch et moi sommes allés à l’église en brique écouter le sermon de M. Catlett aux gens de couleur. Posey et Nannie se sont rendues à Galena écouter R.C. Graham prêcher le 50eme psaume et le 15eme verset.

 

17 février 1861

Journée très froide. Il a neigé un peu toute la journée. J’ai très mal à la tête. Mary Fulton et Lynch sont allés chez F. Kincannon. M. Sanders s’est rendu chez le juge. A.K. Fulton est rentré avec eux. M. Sheppard est venu après le dîner. M. Sanders prévoit de se rendre à Kentucky et Tennessee demain matin.

 

24 février 1861

Matinée magnifique mais froide et venteuse. Rich, Lizzie et les enfants de E. Crawford, Ben Fulton, Posey et moi sommes allés à Galena écouter M. R.C. Graham prêcher le 12eme chapitre de Luc, 40eme verset. Il y avait peu de monde. Rich et sa famille sont rentrés chez eux après le dîner. M. Hicks est parti le soir. Lizzy Jackson est restée pour le dîner.

 

3 juin 1861

Encore une bonne journée. M. Sanders et Brenton se sont rendus à Hillsville à la cour de justice. Posey et Nannie sont allées chez le juge. Et de là, à Springs. Senah et Stephen s’y sont également rendus. Ellen et moi sommes allées à l’église en brique écouter le sermon. M. Stewart, M. Miles et M. Triggs sont revenus avec nous pour le dîner. Mary Graham a rejoint l’église aujourd’hui.

 

Couture

 

DSC04762.jpg

 

29 janvier 1861

Encore une journée magnifique mais beaucoup de neige au sol. Nanny et moi étions occupées à coudre des pantalons. Lynch et Lewis sont là.

 

23 février 1861

Très belle matinée mais les nuages sont arrivés et il a plu un peu vers 8 heures. E. Crawford et moi sommes allées aux mines avec John Raper. J’ai acheté environ cent yards de tissu M. Hicks livrera ce soir. A la maison. Rich et sa famille et Ben Fulton sont là.

 

15 avril 1861

Encore une journée nuageuse et froide. J’ai coupé un pantalon court pour M. Sanders. E.C. a mis une dinde dans l’enclos des poulets.

 

10 mai 1861

Chez Richard. Il pleuvait bien sûr, mais peu. Lizzie m’a aidé à faire quelques vêtements pour Adam. Cousine Caroline nous a aidées. Brenton et A.K. Fulton sont venus à la maison pour le souper. Ils nous ont dit que William Rapers a commencé à rejoindre les rangs des Grays (ndt : les gris. Les deux armées se définissaient par la couleur de leurs uniformes. Bleue et grise). Posey et Nannie également.

 

29 mai 1861

Matinée froide mais pas de gel. J’ai coupé quelques pantalons. M. Sanders est rentré de Wytheville.

 

30 mai 1861

Très belle journée. Nannie et moi sommes allées chez Richard avec huit pantalons pour demander à Lizzie de nous aider. Cousine Caroline et Posey sont venues avec nous. Posey s’est rendue chez le juge.

 

31 mai 1861

Très belle journée. Toujours chez Richard. J’ai mangé des fraises et du poulet frit pour le dîner. J’ai terminé les pantalons puis me suis rendue chez M. _ pour passer la soirée. Je suis rentrée chez Richard pour le souper puis à la maison.

 

Et pour finir, je vous laisse avec Belle.

 

Activités de parloir

 

DSC04768.jpg

 

7 avril 1864

Je me sens sans intérêt et stupide ce matin. Nous avions passé une bonne journée, bien que les Yankees soient toujours dans les environs. Tate et Nannie qui se rendaient chez les Pickets ce matin ont du faire demi tour car les lignes sont fermées. Capitaine Barber & M. Kirk ne peuvent pas récupérer leurs affaires. Je n’ai pas eu le cœur de les voir déçus alors j’ai emprunté le 2nd Mo au vieux M. McMahon (ndt : The Second Regiment of Missouri Infantry United States Volunteers, un régiment d’infanterie regroupant des volontaires et familièrement appelé “Second Missouri” (2d Mo.)). M. Kirk a repris ses bottes et le Capitaine Barber, son uniforme. Je lui rapporterai davantage à travers les lignes avant qu’il ne le fasse lui-même. J’ai battu deux fois le Capitaine Farrell aux échecs ce soir, Père nous a laissé veiller aussi tard que nous le désirions et nous avons passé une soirée très agréable. Nannie & c étaient très occupées à coudre toute la journée. Nannie et moi avons fait deux chemises pour un homme du Kentucky qui est si loin de chez loin et qui n’a personne pour s’occuper de lui. Je lui ai également envoyé un pantalon – Joanna, Helen & Tate en ont fait deux pour Eddie – Oh ! je donnerai tout si j’en avais la possibilité pour leur procurer tout ce dont ils ont besoin. Ma pauvre Beulah est endormie à mes pieds et demain je dois, à nouveau, la rendre. Heureusement Père ne va pas la tuer. Toute ma petite famille est endormie.

 

Je vous laisse avec ces blocs et je ferme boutique car le terrain est occupé ! A jeudi prochain.

 

DSC04769.jpg

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

2013-10-01T04:14:00+02:00

L’impudence !

Publié par Fille Ainée

Je n’y crois pas ! Je cite « J'avance à pas de fourmis aussi sur mon mois de février.... mais petit à petit il est presque fini ! Je me dis que si je ne le touche pas régulièrement je vais finir par l'oublier complètement dans la panière à ouvrage vu que toi tu ne me motives pas !! »

 

DSC04764.jpg

 

Ah ben voilà, maintenant c’est de ma faute si elle ne progresse pas. Faudrait que je sois là toujours, derrière elle, à l’encourager. Ben, je vais te faire passer, Sœur Jumelle, l’envie d’être motivée.

 

DSC04763.jpg

 

Voici mon mois de février. Tu croyais me doubler, hein ! 

 

DSC04765.jpg

 

Je te demande, que dis-je, je te somme, de présenter mars dans 3 semaines. Et ne t'avises pas de publier ton article dans mon dos. N'oublie pas que j'ai 6 heures de plus que toi. Ca compte !

 

DSC04766.jpg

 

On va voir si tu y reviens, impudente !

 


 

 

Voir les commentaires

2013-09-30T04:03:00+02:00

Liens de coeur ou de sang ?

Publié par Fille Ainée

Il y a des livres qu’on finit en une nuit mais qu’on aimerait voir continuer. Des livres dans lesquels on oublie tout, même l’heure du dîner. Des livres qui vous attrapent et ne vous lâchent plus. Des livres comme « Une vie entre deux océans » de M.L. Stedman.

 

oceans.jpg

 

Fin de la Première Guerre mondiale. Après 4 ans passés sur le front, dans les tranchées, Tom Sherbourne, rentre en Australie.  Autour de lui, on compte ceux qui ne rentreront pas ou ceux qui sont rentrés mais ne seront plus jamais les mêmes. Pour échapper à sa culpabilité d’être revenu sain et sauf, sans une égratignure alors que d’autres sont tombés autour de lui, Tom recherche la solitude et devient gardien de phare sur l’île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée.

 

À l’abri du tumulte du monde, il coule des jours heureux avec sa femme Isabel ; un bonheur contrarié par l’impossibilité d’avoir un enfant.
 Jusqu’à ce jour d’avril où un bateau vient s'échouer sur le rivage, abritant à son bord le cadavre d’un homme et un bébé sain et sauf. Isabel demande à Tom d’ignorer le règlement, de ne pas signaler « l’incident » et de garder avec eux l’enfant. Une décision aux conséquences dévastatrices…


 

Je ne vous en dis pas plus, si ce n’est que la traduction française de ce livre sortira bientôt en octobre. Commandez sans plus attendre !

 

 

Voir les commentaires

2013-09-27T04:32:00+02:00

Promenade caoutchouteuse

Publié par Fille Ainée

J’ai enfin repris mes petites marches dans la jungle et ce matin, j’ai un peu de mal à me lever de ma chaise. C’est qu’elle n’était pas douce cette petite côte, surtout en pleine chaleur ! Mais bon, ca va passer. Par contre, j’aimerais partager avec vous une de mes découvertes locales : le latex où plutôt l'hévéa. 

 

Il m’est souvent arrivé de me promener et de rencontrer des arbres desquels pendent des sacs en plastique contenant une substance blanche laiteuse à l’odeur fort désagréable (ben oui, il a fallu que je mette le nez dedans !). Mais cekoidonc ? Ben du latex, pardi !

 

DSC04756.jpg

 

La Malaisie arrive en troisième place mondiale au niveau de la production du caoutchouc naturel. Attention, c’est du sérieux ! Et je suis étonnée même de ne pas avoir rencontré davantage de ces arbres au cours de mes promenades. Il faut savoir, cependant, que la récolte du latex est protégée car de nombreux « contrebandiers » se servent. On comprend donc pourquoi ils se cachent (les arbres et les contrebandiers bien entendu) !

 

Le caoutchouc est un matériau qui peut être obtenu par la transformation du latex sécrété par certains végétaux comme l’hévéa. Il provient en fait de la coagulation du latex. Sa collecte se fait par incision de l'écorce des troncs de manière à ce que le latex, issu des canaux laticifères, s'écoule dans des godets placés juste au-dessous.

 

Mais d’où viennent donc tous ces arbres ?

 

En 1876, un petit explorateur Briton malin, Sir Henry Wickham, vole au Brésil 70 000 graines d’Hévéa qu’il envoie ensuite au jardin botanique de Kew à Londres. En fait, ce n’est, à l’époque, pas du vol puisqu’aucune loi n’empêche de se servir, mais Riri veut se faire mousser auprès des filles.

 

Il récolte donc l'équivalent d'une tonne de graines. Seulement ce n’est pas lui qui se penche et se casse le dos pour les ramasser mais des Indiens recrutés dans la jungle qui les transportent à dos d'homme puis les emballent dans des feuilles de bananier séchées, elles-mêmes stockées dans des paniers en rotin afin de berner les douanes brésiliennes.

 

Ces graines voyagent par bateau jusqu’aux côtes de l’Angleterre puis en train de nuit spécialement affrété par le directeur du jardin botanique du Kew Garden, qui en prend livraison à Londres à 3 heures du matin. C'est louche tout ça ! Les graines sont immédiatement replantées dans les serres tropicales vidées de leurs collections, en toute hâte par les ouvriers du jardin. Malheureusement, seulement 4 % d'entre elles germent. Que de gâchis ! Ben oui, le climat londonien n’a vraiment rien à voir avec le climat tropical de la forêt amazonienne, même sous serre ! Moi, j’aurais pu lui dire au Riri !

 

Au mois d'août suivant, les premiers hévéas prennent la route pour Ceylan et vers des protectorats anglais en Asie. Onze jeunes plants arrivent au Jardin Botanique de Singapour où, en 1877, Henry Nicholas Ridley, le directeur du jardin botanique de Singapour, met au point une méthode de croissance rapide afin d'assurer la reproduction des arbres. Le coup du Riri, surnommé par les barons du caoutchouc brésilien «le bourreau de l'Amazonas», entraîne alors une vaste concurrence mondiale.

 

En 1882, les hévéas sont plantés en bord de routes à Bornéo pour faire de l’ombre. Les locaux n’en voient pas vraiment le potentiel. Et ce n’est qu’en 1896 que naît la première plantation. Et là, c’est la mine d’or pour les européens (la plupart des Britons) qui regardent travailler les locaux en récoltant le fruit de leur labeur !

 

Bon, et la récolte du latex, alors, comment ça marche ? Eh ben, c’est très simple.

 

Vous prenez une graine d'hévéa, vous la plantez et dès que le tronc de l’arbre atteint un diamètre de 45 cm (en général au bout de 5 ans), vous vous jetez dessus. A environ 1m30 du sol, vous faites une incision à 30°, du haut à gauche vers le bas à droite, dans l’écorce de l’arbre. Attention, celle-ci ne doit pas être trop profonde. Il s’agit de ne retirer que 2 mm d’écorce. En dessous, vous enfoncez une « gouttière » qui canalise le latex dans un bol ou un sac en plastique.

 

DSC04753.jpg

 

Ces incisions (« tapping » en briton) se font tôt le matin ou tard dans la soirée lorsque la pression à l’intérieur des vaisseaux est la plus élevée.

 

Les 2 premières années, vous pouvez inciser une fois tous les 3 jours puis les années suivantes, tous les 2 jours. Lorsque la coulée de latex stoppe, incisez plus haut ou de l’autre côté du tronc. L’arbre « pleure » en général 5 ans jusqu'à ce que son écorce repousse sur les incisions. Il peut être ainsi exploité 20 à 25 ans.

 

DSC04754-001.jpg

 

DSC04752.jpg

 

Lorsque le bol/sac est plein, on vient récolter le latex que l’on pèse et que l’on emmène à l’usine de traitement. Attention, il ne s’agit pas de traîner en chemin car le latex durcit.

 

Lorsque l’arbre a enfin fini de « pleurer » son latex, il sert à fabriquer des meubles très légers qui ne craignent pas les moisissures. Pas de champignon sur la table du salon !

 

Il a eu une idée de génie le Riri, hein ! Et puis, il a du s’en mettre plein les poches. Et bien malheureusement non ! A la suite d’explorations malheureuses, il se trouve très souvent à la tête d’énormes dettes qui le contraignent à rentrer en Angleterre. Sa femme, lasse de la jungle amazonienne et de ne pouvoir prendre le High Tea avec ses copines le quitte et il ne la reverra jamais. Ce sont d’autres qui en ont profité !

 

Bon, pour finir sur une note un peu plus joyeuse, et pour les beaux yeux de Nadine : une bébette junglesque !

 

DSC04751.jpg

 

Chouette, non ?

 

 

 

 

Voir les commentaires

2013-09-26T04:50:00+02:00

Production Yankee de la semaine

Publié par Fille Ainée

La guerre civile bat son plein dans mon Atelier et comme nous sommes jeudi, je viens au rapport.

 

Celles qui possèdent le livre « The Civil War Diary Quilt » remarqueront peut-être que je ne suis pas l’ordre du livre. Je pioche un peu par-ci par-là en fonction de l’humeur du jour et certains blocs ne m’inspirent absolument pas. Ceux-là, je pense que vous ne les verrez jamais. D’autres me posent des épines dans le pied mais je n’ai pas dit mon dernier mot et après un combat sanguin, je compte bien les mettre à terre.

 

Voici donc pour aujourd’hui 2 blocs tirés du journal de Rachel Young King Anderson, 43 ans. Comme Rachel refuse de prêter serment d’allégeance au gouvernement fédéral, elle se trouve assignée à résidence. Son mari étant trop âgé, il est chargé de ravitailler les troupes. Rachel a 3 enfants.

 

Les Frustrations de Rachel (bloc revu et corrigé)

 

DSC04746.jpg

 

21 décembre 1862

Il a plu énormément depuis que Monsieur Anderson est parti et je pense qu’il ne peut revenir à cause des intempéries. Cela fait maintenant 11 jours qu’il est parti et je me sens si seule. Une autre bataille monumentale a eu lieu en Virginie ; les Confédérés en sont sortis vainqueurs. Des milliers d’hommes ont été tués. Que Dieu ait pitié de nous ! Dieu ait pitié. Il ne suffit pas que ta colère se déverse sur nous – Sauve nous ou nous allons tous périr. Quelques officiers de la milice de ce pays ont été arrêtés car ils sont accusés d’avoir brûlé des maisons ou tué des innocents. Monsieur Wadlow a fait revenir sa fille de Ceddar Co. pour habiter dans sa maison qui se situe plus près de chez nous. Ils sont arrivés vendredi 12. Elle a eu tellement de vicissitudes. Son mari est enrôlé dans l’armée du Sud et la milice a saisi presque tout ce qu’elle possédait…jusqu'à son dernier morceau de viande. Il lui fallait porter son bois à 1km jusqu’au moulin. Elle a 4 enfants en bas âge.

 

 

Bénédictions toutes particulières (bloc revu et corrigé)

 

DSC04747.jpg

 

1er janvier 1863 

Une nouvelle année s’annonce lugubre, mais je tiens, malgré tout, à remercier le ciel car notre famille a été épargnée en ces temps orageux, passés, mais qui durent toujours depuis que la guerre a commencé en 1861. Des centaines de milliers de mères, épouses et sœurs ont perdu des fils, des maris et des frères, mais Dieu merci mon mari et mon fils sont toujours avec moi et j’espère que mes frères ont été épargnés. Alors que des milliers souffrent de la faim et n’ont pas de quoi se vêtir, je remercie Dieu tout puissant de m’accorder suffisamment à manger et de me donner de quoi m’habiller. Alors que des milliers souffrent de la maladie, je remercie Dieu tout puissant de notre bonne santé. Alors que des milliers ont été chassés de leurs maisons, que d’autres ont vu leurs habitations brûlées et cambriolées, nous possédons toujours un abri, de quoi manger et nous vêtir et nous te remercions Dieu de ta bonté car nous sommes conscients que Toi et Toi seul peut nous libérer des horreurs de la guerre et du pêché, et nous protéger. Que ta clémence nous accompagne jusqu'à la fin. Dieu ait pitié de notre peuple, apporte nous la paix cette année et réunit nos familles. Amen

 

 

Tiré du journal de Nancy Elly Moore, 2 blocs nouveaux. Nancy Elly Moore fait partie de la communauté des Shakers. Elle occupe une position assez élevée dans la hiérarchie et c'est elle qui est chargée de guider les familles dans la spiritualité. Une des coutumes de la communauté des Shakers est de tenir un journal et de rapporter tous les faits importants. Le journal de Nancy Ellie Moore est aujourd'hui un document historique sans prix. Ellie commence son journal à l’âge de 54 ans.

 

Ennemi acharné

 

DSC04750.jpg

 

7 novembre 1863

Le thermomètre affiche 32°c. Cette journée du 7 est claire et magnifique. Aujourd’hui, Frère Patterson J. s’est rendu dans la ville de Franklin, Kentucky. Il y a vu les corps de deux soldats de la guérilla ; ils ont été tués par les soldats fédéraux des troupes du Colonel Johnson. Apprenant que des soldats de la guérilla se trouvaient à proximité de la ville, ils se sont mis à leur poursuite et les ont affrontés. Quatre des soldats fédéraux ont tirés, tuant deux hommes et un cheval. Un homme qui les connaissait a identifié un des corps comme étant celui de George Milligan qui était avant (avant le début de la guerre) un de nos proches voisins et un fervent ennemi des croyants. Nous avons été informés à plusieurs reprises, depuis son engagement au service des rebelles, de ses menaces de vengeance sur Shaker Town ; mais à part avoir aidé à brûler notre dépôt, il n’a jamais mis ses menaces à exécution, ce jusqu'à maintenant, où de ses propres actions, il se trouve empêché de nous porter tort. Nous le craignions autant que les autres rebelles ou l’ennemi. Mais nous disons Amen et ainsi soit-il. Un bon nombre des Sœurs sont occupées aujourd’hui à ramasser les haricots secs du jardin pour les stocker pour l’hiver.

 

Distribution du courrier

 

DSC04748.jpg

 

5 janvier 1861

Journée magnifique. M. Sanders s'est rendu au dépôt. Mary PArkin, Matilda et moi, ici. M. Callett est venu ce soir. Pas de courrier depuis une semaine. Les canoës ont traversé.

 

8 janvier 1861

Matinée superbe. E. Crawford, Mary Parkin, Matilda Sanders, Lynch et moi sommes allés à Richmond dans le chariot tiré par des bœufs. Routes très mauvaises. La glace a failli disparaître ce matin mais il y a plein de neige. Reçu une lettre de Kitty. Premier courrier reçu depuis 10 jours.

 

16 janvier 1861

Très belle journée. Nous sommes rentrés à la maison. Kate Green, Mary Fulton, Benny et Drake nous ont accompagnés. Rich et sa famille sont arrivés à la suite d'A.K. Fulton ce soir. Le niveau de la rivière est élevé. Le courrier n’a pu arriver.

 

21 février 1861

Autre journée agréable, plutôt froide. Richard est venu ce matin espérant une lettre du Comté de Smythe, mais nous étions déçus. Nous avons beaucoup de lecture à rattraper. Nous voulons savoir comment se déroule la convention, mais rien. Cousin K. Walton est ici pour le dîner. Il a quitté les mines de cuivre.

 

25 avril 1861

Journée magnifique. Toujours au jardin. J’ai commencé à tricoter mon tapis. Richard est venu apporter le courrier. Il nous a donné des détails sur les débuts des Grays. Quel enthousiasme il a soulevé. M. Sanders a commencé à planter du maïs.

 

4 juin 1861

Il pleut ce matin. J’ai sorti les choux. Richard est venu apporter le courrier. Je n’ai rien reçu. M. Sanders et Brent sont venus à la maison ce soir.

 

 

Et enfin, dernier bloc tiré du journal d’Isabella Buchanan Edmondson. Isabelle, Belle pour les intimes, est en fait un espion des Confédérés. C’est elle qui fait passer les lettres et les documents à travers les lignes ennemies. Belle, la pauvre, n’a pas eu une vie facile. Elle a perdu sa mère, sa sœur et son père. Elle n’a pas eu de chance non plus en amour. Elle s’est fait jeter deux fois. Elle meurt à l’âge de 33 ans dans des circonstances suspectes alors qu’elle est fiancée pour la troisième fois à un officier Yankee.

 

Documents Yankee (bloc revu et corrigé)

 

DSC04749-copie-1.jpg

 

27 mars 1864

Journée tranquille, car nous étions dimanche – Laura m’a préparé un très bon petit-déjeuner que j’ai pris avec plaisir dans ma chambre. Helen & Nannie sont rentrées à la maison avec Anna Nelson, toutes à cheval, les filles ne sont pas restées très longtemps. J’ai passé la matinée à lire ma Bible, à terminer les Actes (des Apotres) – je me suis longuement promenée après le dîner, accompagnée de Beulah – cela lui a beaucoup plu, surtout la crique. Tate & Helen sont partis à cheval sur la route de Plank ce soir, ils n’ont rien appris de nouveau – Monsieur Harbut est venu ce soir, et m’a apporté un paquet de lettres de la part du Capitaine Henderson que je dois poster à Memphis ainsi qu’une note pour moi du Capitaine, accompagnée d’un journal de Dixie, que je remettrai à Monsieur Eyrich. J’ai envoyé au Capitaine H. un paquet de documents Yankee par retour de la poste. Forrest a capturé Union City hier, faisant 800 prisonniers. Que Dieu fasse que ses tentatives pour recapturer notre territoire perdu soient couronnées de succès. Les Yanks ne se sont pas encore lancés à sa poursuite, oh ! ciel protégez mon frère – Toute la maison est endormie, je me sens si seule, oh ! si seule. Je suis restée au parloir jusqu'à 10 heures, Père nous a demandé d’aller nous coucher – Il est parti avec Monsieur Herbut, Monsieur Pugh & Jim.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog