Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2014-01-17T05:21:00+01:00

Quand le 4 vient après le 5

Publié par Fille Ainée

Mon quatrième bloc De Deauville à Cape Cod est terminé. Oui, vous n’avez pas la berlue, Roxane a préféré nous ménager pendant les fêtes de fin d’année et de ce fait a retardé la publication du bloc 4.

 

DSC05282.jpg

 

Pour une fois, je n’ai rien rajouté et je trouve ça louche. Soit j’ai un petit coup de mou, soit le bloc était parfait tel quel. Je vous laisse décider. Ce qui ne veut pas dire qu’au moment du montage final, je ne revienne pas sur ma décision !

 

DSC05283.jpg

 

DSC05284.jpg

 

DSC05285.jpg

 


 

Voir les commentaires

2014-01-15T05:31:00+01:00

Ca mousse dans la broderie

Publié par Fille Ainée

J’ai horreur qu’un truc me résiste ! Je ne supporte pas de ne pas comprendre alors je l’ai finalement pris au corps et à force de recherche sur les forums, j’ai enfin maîtrisé la bête : le point de broderie anglaise que les britons appellent point d’oreilles de lapin (bunny ear stitch).

 

DSC05279.jpg

 

Un jour, il y a bien 4 ans de cela, je surfais d’un air innocent et je suis tombée sur le paletot point de broderie anglaise de Petites Choses.

 

tuto-paletot-broderie-angla.jpg

 

Trop beau le paletot me suis-je dit, il me le faut. J’ai imprimé les explications, trouvé du coton Anny Blatt, et hop, me voilà embarquée dans l’échantillon. J’avais pas tricoté 2 mailles que c’était déjà la cata. Impossible de comprendre ce damné point ! Au rang suivant, j’avais déjà perdu 1/3 des mailles et au rang d’après, j’en avais 3 fois plus. J’ai tout laissé tomber en attendant le miracle qui comme le Messie a mis beaucoup de temps à venir. Ou alors lui aussi, il est coincé dans les oreilles de lapin !

 

Une de mes résolutions de cette nouvelle année est de finir quelques ouvrages avant d’en commencer d’autres. En redécouvrant mes pelotes de coton, je me suis posé la question : ce paletot faisait-il partie des UFOs même s’il n’a jamais vu le jour, ou me devais-je d’essayer de comprendre avant d’abandonner pour de bon ? Cette fois-ci j’ai tenu le coup. Comme quand on tombe de bicyclette, j’aurais du en fait remonter sur ma monture mes aiguilles et persévérer car eurêka ! j’ai trouvé. Par contre, à force de lectures, j’ai fini par dénicher un site qui explique que ce point est beaucoup plus facile à comprendre en briton qu’en français. L’aurait pas pu l’dire plus tôt celui-là !

 

Bref, si vous aussi vous avez commencé ou vous voulez commencer ce petit gilet et que le point de broderie anglaise vous fait la tête, vous savez où vous adresser. Je serai ravie de vous expliquer où la piquer cette aiguille au deuxième rang.

 

Quant au modèle lui-même, qu’en dire ? Tout d’abord, une petite remarque au sujet de la taille : un « petit » 38. Qu’est-ce qu’un « petit » 38 ? Il y a 38 ou 36 mais un « petit » 38 c’est la même chose qu’un « grand » 36 ? J’ai donc modifié le nombre de mailles pour que le gilet devienne un gilet de vrai 38. Si vous aussi, vous faites un vrai quelque chose, souvenez-vous que le nombre de mailles doit être un « vrai » multiple de 8 + 2 pour les mailles lisières.

 

DSC05280.jpg

 

Que dire de tous ces rangs de point mousse ennuyeux ? Trouvez-vous un bon film. Le genre « Autant en emporte la Mousse » qui dure 4 heures convient parfaitement surtout si comme moi, vous n’avez pas besoin de regarder ce que vous faites et que les aiguilles tricotent toutes seules. Ou alors, je suggère un bon jour de grève de notre bonne vieille SNCF quand vous devez attendre des heures sur un quai bondé. Dans ce cas, prévoyez des aiguilles circulaires pour éviter de gratouiller les côtes de votre voisin.

 

Les explications du gilet sont somme toute assez faciles à suivre sauf que, à un moment donné, l'indication du nombre de rangs à finir manque cruellement. Dans ce cas, referez-vous à la version britonne ICI qui, elle, semble beaucoup plus précise.

 

Bon, il ne me reste plus qu’à attaquer le raglan. Retenez votre souffle !

 

 

 

Voir les commentaires

2014-01-13T05:51:00+01:00

Photo booth… photo d’pouffe ?

Publié par Fille Ainée

Encore une americaniaiserie pour amuser les foules ! Le phénomène « photo booth » en a déjà conquis plus d’un et ça plait aux petits comme aux grands. Mais qu’est-ce-que c’est ?

 

Manis-Tiga-7044.jpg

 

Le photo booth est une animation qui consiste à se déguiser et à se prendre ensuite en photo. Pas nouveau comme concept, me direz-vous mais l’originalité du photo booth – que l’on peut traduire par studio photo – est qu’une fois déguisée et armée d’un accessoire la foule se lâche et ça donne lieu à de sérieux fous rires. En plus, ça marche à tous les coups et ça permet à l’organisateur de la soirée d’immortaliser des moments loufoques avec des invités déjantés. Avouez que c’est une idée bizarre mais tout de même une magnifique alternative à la traditionnelle photo de groupe où tout le monde a l’air pincé.

 

Manis-Tiga-4723-copie-1.jpg

 

Dans un photo booth, le temps d’une pose, on devient Marylin, savant fou, ou encore nonne libérée. On porte des pancartes pour annoncer la couleur, des chapeaux d’hurluberlus… Toutes les idées sont bonnes et plus elles sont loufoques, plus le photo booth a de saveur.

 

Manis-Tiga-7038.jpg

 

Mais un photo booth, ça s’organise comment ? Si vous êtes super riche et feignasse, vous louez les services d’un photographe professionnel. Mais si vous êtes un tant soit peu dégourdi(e), vous choisissez un emplacement lumineux et spacieux dans lequel soit vous construisez une cabine avec les cartons du dernier déménagement de la Tante Lucette, soit vous tendez un drap blanc qui servira de fond à vos photos. Comme chez les 3xrien, on n’est pas riche mais on veut faire comme si, j’ai acheté un morceau de tissu à paillettes dorées. On s’la pète !

 

Manis-Tiga-4783.jpg

 

Vient ensuite le choix crucial de l’appareil photo. Si vous êtes riche et feignasse, cette question ne se pose même pas puisque le photographe vient avec son matériel que vous aurez payé une fortune. Sinon, soit un polaroid – ils reviennent à la mode – soit un appareil photo tout simple fera l’affaire (dans ce cas, vous imprimerez les photos plus tard). Vous désignez ensuite un volontaire qui n’a rien d’autre à faire de son temps que de faire le pied de grue devant le photo booth, ou vous investissez dans un trépied et les photos se font toutes seules. Le principe du photo booth n’est pas d’y passer sa vie entière mais plutôt d’y faire de petites haltes en groupe comme si vous alliez tous ensemble vous repoudrez le nez.

 

Manis-Tiga-7107.jpg

 

A prévoir : un gros stock de déguisements et d’accessoires. Tout est permis et si vous manquez de quoi que ce soit, allez faire un tour sur Accent the Party ICI. Il vous suffit d’imprimer sur des cartonnettes et de coller un bâtonnet au dos.

 

Pour l'anniversaire de Moyen Nain, Monsieur 3xrien a investi dans une machine à plastifier. Je me demande si je ne me suis pas plus amusée à plastifier mes accessoires – props en briton – qu’au photo booth. 

 

 

Voir les commentaires

2014-01-10T05:48:00+01:00

Stitch, Skype and quilt

Publié par Fille Ainée

Que faire quand son « stitch buddy » est à 10 400 km ? Et bien, avec Moutie, on a trouvé. Skype ! Nous avons décidé, qu’à défaut de pouvoir s’asseoir autour de la même table et de papoter en posant quelques points, nous allions nous retrouver tous les mercredis après-midis – matins pour Moutie – et pendant 2 heures nous allions faire comme si.

 

Notre premier « stitch group online » a eu lieu mercredi dernier et entre quelques faiblesses Internet (pour moi) et un arrêt momentané du à une perte de puissance (Moutie, pense à brancher la prise de l’ordi la prochaine fois), nous avons entamé notre bloc « placard ».

 

DSC05278.jpg

 

Je me demande pourquoi on n’y a pas pensé plus tôt. Pour un peu, je me serais crue chez Moutie, sauf que j’étais en T-shirt et elle en pull-over.

 

Prochaine réunion : mercredi prochain. En attendant, interdiction de toucher à son bloc. Et vous, vous en êtes où ?

 

Voir les commentaires

2014-01-08T05:33:00+01:00

Quand j'aurai une Porsche

Publié par Fille Ainée

En attendant, je fais des porte-clés pour aller avec ma prochaine voiture. Il faut bien rêver.

 

Celui-ci est pour Grande Copine de Malaisie. Une japonaiserie dont elle raffole, trouvée sur Pinterest mais qui habite ICI. Un site bourré de petites choses délicieuses qui ne demandent pas forcément de patron. Rien n'empêche de s'inspirer. 

 

Atelier-2-1725.jpg

 

Voir les commentaires

2014-01-06T08:00:00+01:00

Videz vos placards

Publié par Fille Ainée

Quand les Britons dissimulent des secrets inavouables, on dit qu’ils ont un squelette dans leur placard (« skeleton in the closet »). Nous autres, grenouilles frenchy, nous n’avons pas de cadavre mais un jardin secret. C’est moins macabre et ça sent bien meilleur !

 

squelette.jpg

 

En ce début d’année 2014, Moutie et moi ne voulons pas manquer à la tradition du « A nouvelle année, nouvel ouvrage ». Parce qu’un ouvrage commencé à la nouvelle année porte bonheur. Et du bonheur on en veut ! Et puis, on est toutes les deux curieuses aussi de savoir ce que vous cachez dans vos placards. L’heure de la vérité est arrivée, ouvrez vos portes. Nous ne vous demandons pas de passer au confessionnal (moi, j’avais jamais rien à dire quand Monsieur le Curé me faisait les gros yeux), mais de tout simplement nous rejoindre pour réaliser ensemble un ouvrage rapide.

 

Il s’agit de s’inspirer de ce panneau réalisé en appliqué par Amy et présenté sur son blog During Quiet Time.

 

placard.jpg

 

L’enjeu est simple. Nous faisons toutes la porte du placard, le guéridon, la lampe et le cadre (vous pouvez même y mettre la photo de Tata Yvette) sur un fond de papier peint psychédélique. Le genre de truc que Moutie avait dans sa cuisine dans les années 70. Le sien était orange dégueuli.

 

Pas de tissus nouveaux, juste des chutes retrouvées dans un stock existant. Par contre, et c’est là où ça se corse, libre cours à l’imagination de chacune quant à ce qui se trouve derrière la porte du placard. Que ce soit squelette, linge sale et vieilles chaussettes ou encore un homme nu, à vous de décider. Pas de limite de temps, chacune à son rythme et dès que votre placard est terminé, vous envoyez vos photos.

 

La taille du panneau d’Amy est de 12’’ – c’est-à-dire 30cm – mais si vous préférez faire plus grand ou plus petit, on ne vous en voudra pas. L’intérêt de la chose est que le contenu du placard n’appartienne qu’à vous. Nous acceptons même les appliqués de feignasse. Mais juste pour cette fois !

 

Qu’en dites-vous ? Ma Jumelle, toi, t'as pas le choix. Tu te mets au travail de suite et on compte sur toi pour relayer l'info sur ton blog. 

 

 

Voir les commentaires

2014-01-04T08:01:00+01:00

C’est trop choux !

Publié par Fille Ainée

On ne voit que ca dans les magazines en ce moment. Menus minceur post réveillon. La chasse aux kilos est ouverte. Sus à la cellulite. Brûler vos calories sur le bûcher.  Perdez du poids sans bouger de votre canapé.

 

Et une fois qu’on a enfin perdu les kilos de la dinde de Nono (plus la galette, plus les crêpes de la Chandeleur, plus les œufs de Pâques), suit « préparer l’été ». A croire que notre vie entière doit être passée à perdre du poids, à se mijoter un corps de déesse privée d’Haagen Dazs format familial. Et on s’amuse quand alors dans cette vie ?

 

Si chaque fois qu’on boit une gorgée d’alcool, qu’on se jette sur les petits fours et qu’on s’empiffre de dessert, on nous lance le mauvais œil, autant en finir de suite. Moi, je lui fais du bien à mon corps. J’en prends soin de cette enveloppe cutanée. Après tout, pourquoi avoir une peau élastique si ce n’est pas pour en profiter ?

 

Alors, avec modération, voici mes choux à la mousse de truite fumée. Une recette de pâte à choux inratable qui fait beaucoup d’effet sur les tables d’apéritif.

 

Cuisine-1720.jpg

 

Pour la pâte à choux (environ 20 petits choux) :

50g de beurre

65g de farine tamisée

2 œufs battus

 

Faites fondre le beurre dans une casserole avec 150ml d’eau froide. Une fois que le beurre a fondu et que le mélange commence à faire des bulles, ajoutez d’un seul coup la farine tamisée et retirez la casserole du feu. Mélangez avec une cuillère en bois ou un fouet jusqu'à ce que la pâte forme une balle et ne colle plus aux parois de la casserole. Laissez refroidir pendant 5 mn. Ajoutez les œufs petit à petit et incorporez avec un fouet. Il ne vous reste plus qu’à mettre la pâte dans une poche à douille et à déposer sur une plaque de cuisson des plops qui deviendront de très beaux choux. Laissez cuire au four environ 15 mn, à 200°C. Arrêtez la cuisson lorsque les choux sont légèrement colorés. Laissez refroidir.

 

Pour la mousse de truite fumée :

Quelques tranches de truite fumée (ou saumon)

4 cuil. à soupe de crème fraîche

2 cuil. à soupe de raifort

2 échalote

ciboulette

 

Mettez tous les ingrédients dans le mixeur. Mettez la mousse dans une poche à douille. Ouvrez les choux en deux au couteau, déposez une petite quantité de mousse et voilà…

 

Surtout ne pas laisser les choux au réfrigérateur car ils deviendraient tout mous. Par contre, vous pouvez laisser la mousse 10 mn au froid pour lui donner une consistance plus ferme.

 

Bon, c'est pas tout ça, mais moi, ça m’a donné faim !

 

 

Voir les commentaires

2014-01-02T03:15:00+01:00

Les joies de l’hospitalité

Publié par Fille Ainée

Entamons cette nouvelle année dans la joie, la bonne humeur et la relaxation totale. Youpi ! Enfin libre !

 

Pas facile en effet de vivre à 9 sous le même toit, pendant une semaine. Et encore, je n’ai pas à me plaindre, nous avons assez d’espace pour ne pas être les uns sur les autres et ne pas s’arracher les yeux au bout de 2 jours.

 

Nos invités étaient modèles, vraiment modèles. Des invités qui ont rempli le frigo, fait les courses, préparé les repas, fait la vaisselle, n’ont laissé traîner aucune de leurs affaires, n’ont pas hésité à explorer tout seuls et qui ont contribué systématiquement aux dépenses quotidiennes, aux frais d’essence et de parking. Ils ont même racheté du savon pour la salle de bain ! Modèles, je vous dis. Sauf que… ils sont venus avec leurs Nains !

 

Des Nains démoniaques. Des Nains qui répondent au « touche pas à ça » par du « je mets les mains sur tout », ouvrent les placards, le frigo, sans bien sûr rien refermer, s’amusent avec les robinets et les laissent couler, foutent la trouille aux félins en les arrosant à la piscine, bref… même Attila aurait eu du mal à les égaler.

 

Nous avons passé les premiers jours de leur séjour à cacher les bibelots de prix, fermer les portes, éteindre les lumières, essuyer les marques de doigts graisseux sur les tableaux, arrêter les climatures quand les portes étaient grandes ouvertes et rassurer des félins pétris de peur cachés sous la couette de notre lit. On aurait dit un vrai pugilat. Toutes les excuses étaient bonnes pour sortir et abandonner derrière nous la scène du carnage.

 

Ils sont partis très heureux de leur séjour en nous promettant de revenir bientôt. L’envie furieuse de déménager sans laisser d’adresse nous a traversé l’esprit. Depuis, nous avons du appeler le plombier en urgence pour cause de toilettes bouchées par une consommation effrénée de tellement de papier que la forêt amazonienne en a pris un coup ! Notre internet a fait la grève de la faim et nos félins ont perdu leurs poils !

 

Lorsque l’on est expatrié depuis 20 ans, on en voit passer du monde. Surtout avec une telle destination. On aurait pu choisir la Roumanie, la Mongolie ou encore l’Ethiopie et là je pense que le nombre des visites auraient grandement chuté. Malheureusement non et on en a vu des vertes et des pas mûres qui, sur le coup ne nous ont jamais fait beaucoup rire, mais à présent, sont evoquées avec une certaine nostalgie. Il y a eu :

 

Ceux qui prennent le terme « invités » au pied de la lettre et se croient à l’hôtel. Ceux-là demandent à être pris en charge du début jusqu'à la fin - « tu m’emmènes où aujourd’hui ? », profitent des services proposés par la maison (lessive/repassage) sans pour autant remercier SuperNanny, s’attendent à ce que toutes les entrées de musées/sites touristiques/restaurants leur soient offertes, ne participent à aucune dépense quotidienne – « t'as pas racheté de pain ? » - et repartent avec de merveilleux souvenirs de vacances tellement bon marché qu’on y reviendra, c’est sûr.

 

Ceux qui ne se rendent pas compte que le coût de la vie est beaucoup plus élevé qu’à la maison, qui pensent qu’ « expatrié » rime avec « porte-monnaie gonflé », vivent aux frais de la princesse pendant toute la durée de leur séjour et qui de ce fait arrivent avec à peine d’argent de poche pour s’acheter une bouteille d’eau minérale. Comme leurs hôtes finissent en général par en avoir ras la casquette au bout de quelques jours, ces invités-là finissent inévitablement au bord de la piscine quand l’escarcelle est vide. On n’explore plus, on ne mange plus, on ne boit plus !

 

Dans cette catégorie-ci, nous avons eu le couple qui dès le premier soir au pub, a failli s’évanouir en découvrant le prix d’une pinte de bière et qui pour oublier son chagrin et sa déconvenue a tout dépensé dans la boisson. Nous avons retrouvé l’un d’eux dans notre armoire de chambre à coucher, en plein milieu de la nuit, au cours d’une vaine tentative de vidage de vessie, désorienté par le décalage horaire et soyons franc, imbibé de nectar ambré. Il a ensuite fini la nuit dans la baignoire ! Ce couple-là nous a quitté 15 jours plus tard en laissant derrière eux une veste qui je pense a du se perdre dans le courrier postal lorsque nous avons omis de la renvoyer.

 

Il y a ceux aussi qui veulent bien mais « tu comprends, nous sommes en vacances ». Ils se lèvent en général en milieu d’après-midi, s’étonnent que la vaisselle soit déjà faite « mais je t’avais dit que je comptais la faire », pensent que le frigo se remplit de lui-même, proposent de faire le dîner mais sont toujours au bord de la piscine à la tombée de la nuit quand les Nains sont déjà couchés et vous demandent si vous avez pensé à acheter tous les ingrédients. Ce sont des ingénus, des idéalistes, qui sont surpris que votre char à filles ne carbure pas à l’air pur et que les parkings soient si chers.

 

Rassurez-vous, nos invités n’ont pas tous été comme ça. Mais au cas où, nous avons trouvé l’activité parfaite pour détendre des nerfs à fleur de peau : le batik. Même Monsieur 3xrien en redemande. C’est dans un petit oasis de calme en plein cœur de la ville que nous passons de longues heures à peinturlurer des kilomètres de toile.

 

Documents26.jpg

 

Dans quelques semaines, nous accueillons nos prochains visiteurs. Si on les emmène faire du batik, vous saurez pourquoi !

 

 

Voir les commentaires

2013-12-31T09:09:00+01:00

2014 en rose

Publié par Fille Ainée

Quoi de mieux en cette fin d’année qu’une petite dose d’humour pour penser à ceux pour qui toutes ces célébrations ne riment pas forcément avec joie et bonne humeur.

 

Bob Carey est un photographe américain qui pour faire rire sa femme atteinte du cancer du sein et l’aider à lutter contre la maladie décide un jour de prendre des photos de lui posant en tutu, à travers le monde. Ces photos ont été rassemblées dans un livre « Ballerina » et le projet s’appelle « The Tutu Project ». Tous les bénéfices sont reversés pour la recherche contre le cancer.

 

Ce cancer contre lequel son épouse s’est battue pendant 9 ans leur a fait réaliser qu’il y a quand même du bon dans la vie et que quelques fois, malgré les difficultés rencontrées, la meilleure chose à faire est de rire de soi et de partager ce rire avec les autres.  

 

J’espère que Bob ne m’en voudra pas, je partage avec vous ma photo préférée pour vous souhaiter à tous une très bonne année 2014. Qu’elle vous apporte de franches rigolades même si la vie n’est pas toujours toute rose !

 

the jump

 


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog