Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-04-13T04:33:00+02:00

La délicatesse

Publié par Fille Ainée

delicatesse-copie-1.jpg

 

Nathalie est une jeune femme, discrète, étudiante en économie, qui aime lire et rire. Elle est abordée dans la rue par François, et tombe vite sous le charme de cet homme pudique et attachant, grand amateur de littérature et de puzzles. Un mariage très gai, une entrée sur le marché du travail, pour Nathalie, dans une entreprise nordique (le détail a son importance), quelques années de pur bonheur, et puis le drame : François ne reviendra pas. Reste, posé sur la table basse, le livre qu’elle était en train de lire, avec son marque-page,  coupé en deux ; la première partie avait été lue du vivant de François. Et à la page 321, il était mort. Que fallait-il faire ? Peut-on poursuivre la lecture d’un livre interrompu par la mort de son mari ?

 

Et puis la vie reprend peu à peu ses droits. Et il y a cette rencontre avec Markus, homme ordinaire, qu’elle n’aurait en temps normal jamais remarqué mais pourtant qu’elle embrasse subitement, comme ça, simplement parce qu’il était là, dans son bureau. Mais pour Markus, comment vivre, après un tel baiser ?

 

C’est Grande Copine qui me l’a mis entre les mains. Nous n’avons pas les mêmes goûts en matière de littérature, mais elle connaît les miens. Je lui ai donc fait confiance. Et puis je me suis également laissée tenter par le bandeau accrocheur: "le roman aux 10 prix littéraires".

 

Mais en abordant les premières pages, je me suis demandée qui avait bien pu tomber sur la tête au point d’accorder à ce livre 10 prix littéraires ! J’ai trouvé le style lourd, inélégant et franchement, je pense que même Petit Nain aurait pu prétendre l’avoir écrit. Alors pourquoi ?

 

Curieuse, j’ai continué ma lecture et puis j’ai fini par m’attacher à cette histoire et surtout aux personnages. Certains passages, même, ont réussi à me donner quelques frissons. Est-ce parce que cela evoquait une expérience personnelle (bien que je vous rassure, je n’ai jamais embrassé de Suédois au bureau), que je trouvais le personnage de Markus attachant et attendrissant et qu’il me rappelait quelqu’un, je ne sais pas mais il a du toucher une corde sensible.

 

Mais le style de l’auteur reste enfantin par endroit, voire un peu bêta : « Il voulait se mettre sur son 31. Il aurait même voulu se mettre au moins sur son 47, ou sur son 112 »  style adolescent un peu niaiseux. Facétieux, David Foenkinos insère, entre certains chapitres, définitions du dictionnaire, recettes de cuisine, articles de journaux, paroles de chansons, commentaires…

 

Certains passages m’ont cependant fait sourire, comme celui-ci : « Oui, il était marié. Il nageait dans ce qu’il appelait : la vie conjucalme. Il ne se passait plus rien avec sa femme. »

 

Ou encore celui-là : « Pensée d’un philosophe polonais. Il y a des gens formidables qu’on rencontre au mauvais moment. Et il y a des gens qui sont formidables parce qu’on les rencontre au bon moment. »

 

Mais mon préféré reste celui-ci : « On ne devrait jamais faire l’économie d’une douleur potentielle. »

 

Pour conclure cette critique, je pense que les 210 pages de ce roman m’ont amplement suffi. La fin de l’histoire est prévisible, sans surprise. C’est un livre à lire au bord de la piscine ou à la plage et qui ne demande pas énormément d’effort intellectuel. Même son adaptation à l’écran manque de substance et c’est compréhensible quand on sait que c’est l’auteur du livre qui a écrit le scénario.

 

Si vous êtes tenté de lire « La délicatesse » ou si vous l’avez déjà lu, dites-moi ce que vous en pensez. 

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Cadette 13/04/2012 16:08

Je l'ai lu. Je n'ai qu'un conseil à donner : ne perdez pas votre temps à le lire. Vous avez certainement des choses plus utiles à faire comme le ménage, la lessive, la vaisselle ou tout simplement
piquer un petit roupillon...

nicole 13/04/2012 07:59

Je l'ai lu il y a plusieurs mois, et franchement il ne m'a pas marquée non plus. J'ai même été étonnée de ce battage autour de lui. Pour moi c'est dans la veine des Marc Lévy, Musso etc.. on en lit
un on les a tous lus !! Mais comme tu dis on peut lire çà à la plage sans craindre d'abîmer le livre avec le sable et le produit solaire ...

Fille Ainée 13/04/2012 15:02






Tu as raison, je n’ai lu qu’un seul Musso pour comprendre de quoi tout le monde parlait, et bien, ça m’a largement suffi. J’ai
même eu du mal à le terminer. Aucune substance, c’est du mou de chat. 



moutie 13/04/2012 07:21

Je n'ai pas été emballée du tout. Je me méfie de tous ces bouquins qui reçoivent des prix...

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog