Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #trouvailles rigolotes catégorie

2017-05-24T01:50:00+02:00

Travaux de voirie

Publié par Fille Ainée

La règle générale veut que lorsque l'on entreprend des travaux de rénovation de voirie, dans tout pays civilisé, on avertisse les propriétaires des voitures garées le long de ces voiries. En leur laissant au moins une semaine pour déplacer leurs voitures. Ici aussi ! Sauf que, certaines voitures ont été abandonnées ou alors les propriétaires ne savent pas lire ! Alors ça donne ça !!

Travaux de voirie

Des zèbras qui ne zèbrent qu'à moitié...

Travaux de voirie

et du bitume... artistiquement répandu autour de l'objet gênant ! L'art du contournement !!!

Et là, on ne peut s'empêcher de ricaner en se demandant pourquoi, mais pourquoi, les ouvriers n'ont pas pu la déplacer ! Ah Malaisie, tu ne cesseras de m'étonner. 

Voir les commentaires

2017-05-17T01:36:00+02:00

Le charme fou d'un voyage dans le temps

Publié par Fille Ainée

Imaginez que l’instant d’une visite, vous puissiez remonter dans le temps. Fermez les yeux, laissez-vous porter par les odeurs, les bruits. Laissez courir votre imagination. Mettez tous vos sens en éveil. Entrez dans la maison de Dennis Severs.

 

credit photo : Matt Brown - flickr

credit photo : Matt Brown - flickr

A la fin des années 70, un américain, Dennis Severs fait l’acquisition d’une maison dilapidée au cœur du quartier de Spitalfields, à Londres, et y emménage jusqu’à son décès en 1999. Son rêve d’artiste : y créer une capsule temporelle, un musée tridimensionnel, un tableau vivant dans une maison typique du Londres du 18eme siècle. Spitalfields est maintenant un quartier prisé de Londres mais au 18eme et 19eme siècle, c’est un quartier que l’on évite. Pauvreté, cholera, prostitution et crime y sont monnaie courante.

 

Au 18 Folgate street, Dennis Severs « installe » alors une famille de huguenots, tisseurs de soie, les Jervis, protestants français, ayant fui les dragonnades pour venir s’installer à Londres. Et le temps d’une visite, cette famille du 18e siècle nous fait remonter dans le temps.

 

On découvre, par petits groupes et dans le silence complet, l’intérieur de la maison. Il n’y a pas d’électricité, les 10 pièces reparties sur 5 étages de planchers craquants sont éclairées à la bougie. Gare à celui qui hausse la voix ou ose prendre des photos ! Dennis Severs allait même jusqu'à éjecter dans la rue quiconque manquait de respect et se permettait de rire. Le pauvre touriste asiatique de notre groupe qui n’a pu s’empêcher de dégainer son téléphone en a fait les frais.


Nous commençons la visite par le garde-manger. La pièce est sombre, tellement sombre que nous avons du mal à distinguer ce qui se trouve dans les coins. Il faut dire que la journée est maussade ce qui n’arrange rien à notre affaire !

credit photo : Roelof Bakker

credit photo : Roelof Bakker

Dans la cuisine, un feu crépite dans l’âtre. En entrant dans la pièce, on entend les pas de la cuisinière qui a prestement quitté les lieux. Il y a de la farine sur la table, une tourte inachevée… visiblement, notre arrivée a interrompu la préparation du repas. Profitant de son absence, nous faisons le tour de la pièce. Ici, pas de limite à notre curiosité, pas de corde pour nous empêcher de jeter furtivement un coup d’œil dans les placards laissés entrouverts. Au-dessus de nos têtes, nous entendons des pas. Serait-ce Monsieur Jervis ? L’éclairage à la bougie et ce feu dans la cheminée donne une ambiance irréelle à la scène. On se prend au jeu.

 

source inconnue

source inconnue

A l’étage, dans la salle à manger, la famille a quitté précipitamment les lieux en entendant notre arrivée. Des chaises renversées, des restes de diner, des verres à moitié vides. Serions-nous devenus des intrus ?

 

Source inconnue

Source inconnue

La famille se serait-elle, un instant, refugiée dans l’élégant salon de Madame Jervis, nous devançant ainsi d’une pièce à l’autre ?

Source inconnue

Source inconnue

Lorsque nous arrivons à l’étage supérieur, il subsiste un parfum de clou de girofle, d’orange. Nous sommes dans la chambre à coucher de Madame Jervis. Le lit est défait, les vêtements épars. Elle aussi se fait discrète.

 

Au dernier étage, nous sommes plongés dans une toute autre atmosphère. Sur les murs de l’escalier humide poussent des champignons, le linge pend et le plafond s’effondre. Dans la chambre, l’ombre de Charles Dickens plane.


 

Source inconnue

Source inconnue

Nous sommes visiblement passés au siècle suivant. Les Jervis, en difficulté financière, se sont résolus à louer les pièces du grenier à une famille d’ouvriers pour arrondir leurs fins de mois. Ca sent le rance, le moisi, l’urine. Devant la fenêtre, un chat noir ! Grand Nain et moi sommes ravis de ce détail qui rend la mise en scène si réelle. Ce n’est que lorsque le félin bouge l’oreille que nous réalisons, stupéfaites, qu’il s’agit d’un véritable chat noir et apprenons plus tard qu’il s’agit du chat de Dennis Severs que le musée a conservé après la mort de son maître pour le plus grand plaisir des visiteurs. Cela semble ridicule mais cet animal a été pour nous la cerise sur le gâteau. Le détail vivant qui a donné toute sa réalité à cette magnifique mise en scène.

Source inconnue

Source inconnue

Nous finissons la visite absolument charmées par ces lieux, convaincues que peut-être une fois les visites terminées, les Jervis reprennent possession de leur maison !

 

N’ayant pas pu prendre de photo, celles qui sont publiées dans cet article ont été « empruntées » sur le Net. Pour ceux/celles qui désirent en voir plus, cliquez ICI. Je vous recommande vivement ce détour insolite. Grand Nain et moi avons adoré !

 

Voir les commentaires

2015-10-22T23:05:56+02:00

Les ruses parentales

Publié par Fille Ainée

Bien que ce ne soit plus d’actualité chez nous depuis bien longtemps, cette petite vidéo m’a rappelé de bien douloureux beaux souvenirs. Quoique je ne me souvienne pas avoir été obligée de faire le Ninja. Mais par contre que de ruses employées pour m’assurer ne serait-ce que 10 mn de tranquillité avec Grand Nain ! Et maintenant, pour le sortir du lit !

Jeunes Mamans, il y a de l'espoir, je confirme !

Voir les commentaires

2015-06-08T07:41:42+02:00

On est vraiment dans le caca

Publié par Fille Ainée

Je vous ai laissé sur votre faim la semaine dernière avec La fille du train (dans l'aéroport, histoire de savoir si vous suivez) et il est temps de vous raconter la fin.

Cadette vous l’a dit, Monsieur 3xrien, égal à lui-même, nous avait beaucoup fait attendre ce jour-là et c’est donc tout à loisir que nous avions imaginé, Cadette et moi, pour tromper l’attente, la dulcinée de ce jeune homme. Une jeune femme belle, blonde, séduisante, une pétasse quoi, qui lui aurait correspondu à merveille. Et bien non, elle était tout à fait ordinaire, et puis surtout, elle était handicapée. Une jambe plus courte que l’autre, elle marchait avec une canne. Nous en avions eu la gorge serrée et les larmes aux yeux. Comme quoi !

Et pour démarrer la semaine sur les chapeaux de roues et dans la bonne humeur, une petite dose de caca…

On est vraiment dans le caca

A se mettre sur les cheveux !

Voir les commentaires

2015-05-27T03:38:55+02:00

La Magnum Manie

Publié par Fille Ainée

Mais jusqu’où iront-ils ?

Personnellement, je n’aime pas les glaces. Où alors, seulement celles au citron vert et à la cerise. Donc au final, je n’aime que les sorbets.

Mes Nains par contre, c’est une autre histoire ! Quant à Monsieur 3xrien, je n’ose même pas en parler. Alors, quand par hasard, Moyen Nain et moi avons fait la découverte de la nouvelle boutique Magnum, dans notre centre commercial local, imaginez le frétillement du Nain !

La Magnum Manie

Le concept est simple. Vous commandez un mélange de petites saloperies gourmandises qui viendront enrober votre glace. Le but est de créer votre propre Magnum. Un Magnum qui ne ressemblera en rien à celui du voisin, un Magnum qui portera votre signature. Mais attention, vous n’avez droit qu’à trois gourmandises parmi les 17 proposées. Frustrant hein ? Des pétales de rose, des miettes de biscuit nid d’abeille (honeycomb brittle), des bonbons qui pétillent dans la bouche, des miettes de cookies, du bacon ( !!), du piment ( !!!!). Bref, une vraie décadence sur stick en bois ! Une décadence qui n’est pas bon marché par contre. A raison de 10 euros par Magnum, vous avez intérêt à tout lécher ! Et gare à celui qui la laisse tomber.

Une fois que vous avez choisi vos poisons, au bain ! Et là vous avez le choix entre une trempette chocolat au lait, chocolat noir ou chocolat blanc. Non, Moutie, on ne trempe qu’une fois ! Et dans un seul chocolat. Il ne reste ensuite plus qu’à saupoudrer votre Magnum de vos enrobages et le tour est joué.

La Magnum Manie

Voici celui de Grand Nain qui est resté fort sage.

La Magnum Manie

J’adore le concept et je m’incline devant l’intelligence de celui qui, un jour, a pondu cette idée. Un homme (ou une femme peut-être) qui a su détourner à ses fins la gourmande faiblesse de ces concitoyens. Mais vous ne m’attraperez pas !

Pour l'anecdocte, le magasin s'appelle "Magnum Pleasure Store". Je pense que tout est dans le titre !

Voir les commentaires

2015-02-27T04:52:54+01:00

Le jeu du Cekoidonc

Publié par Fille Ainée
Le jeu du Cekoidonc

Moutie avait, un moment, lancé la mode du « devinez à quoi ça sert » mais visiblement, elle a du avoir épuisé son stock de découvertes bizarres et lugubres.

Je reprends donc le flambeau aujourd’hui et j’aimerais vous faire deviner à quoi sert mon cekoidonc. Aucun indice, j’accepte toutes les réponses, même les plus osées (dans la limite du décent bien entendu !). Pour vous donner une idée de la taille du cekoidonc, j'ai posé mes lunettes de soleil à côté !

Le jeu du Cekoidonc

Sachez simplement que la partie rouge du cekoidonc coulisse vers le bas.

Faites travailler vos cellules grises ! Celle/celui qui trouve aura toute ma considération. Je reécompense également les propositions les plus saugrenues et imaginatives !

Voir les commentaires

2014-12-16T05:11:00+01:00

Juste avant de partir

Publié par Fille Ainée

Les valises sont bouclées, dans quelques heures nous serons tous serrés comme des sardines dans la classe bétail à essayer de dormir pliés en deux, les jambes coincées sous le siège avant pendant 12 heures. Et avec un peu de chance, le gamin assis devant dormira toute la nuit. Si seulement Monsieur 3xrien ne m’avait jamais offert un aller-retour en classe affaire ! Jamais je ne soupçonnerais qu’il existe une bien meilleure façon de voyager. Allas… quand on traîne 3 Nains… la magie du sur-classement s’évapore rapidement.

 

Alors avant de partir, j’aimerais partager avec vous ce nouveau concept du Airbnb (raccourci pour Air Bed n’ Breakfast). Le Airbnb est une plateforme de location et de réservation de logements de particuliers. Disons que vous avez besoin d’argent de poche et que votre canapé de salon vous paraît vide, trop vide. Ou encore, votre chambre d’amis. Et bien le Airbnb c’est une façon de se faire des amis. Un peu particulaire. Un concept qui s’apparente de près au concept du Couchsurfing.

 

Et si jamais vous avez des envies de voyage mais que vous avez peu de moyens, le Airbnb vous propose maintenant non seulement des chambres d’amis mais également des appartements, des châteaux, mais encore des…

 

Celui-là, je pense que vous le trouverez à Amsterdam !

Voir les commentaires

2014-10-13T04:46:00+02:00

Sur le pot

Publié par Fille Ainée

Si vous avez, comme moi, du mal à démarrer cette semaine sur les chapeaux de roue, voici une petite parenthèse humoristique qui ne manquera pas, j’espère, de vous donner un peu de tonus.

 

Samedi matin, au cours d’une promenade avec les Nains dans le centre ville, voici ce que nous avons aperçu. Un rang entier de toilettes portatives installées en prévision d’un marathon le lendemain. Et là, sur les portes de ces toilettes, la preuve noir sur blanc que nos habitudes d’hygiène sont vraiment différentes !

 

Toilettes européennes :

 

Manis-Tiga-2472.jpg

 

Toilettes orientales (à la Turque) :

 

Manis-Tiga-2473.jpg

 

Curieuse de nature, je me suis lancée dans un petit travail de recherche afin de savoir lequel des deux modèles (européen ou oriental) était le plus pratique à utiliser.

 

Commençons par les toilettes à la Turque ou spartiate. Ce sont des toilettes au-dessus desquelles on s'accroupit. Elles ne possèdent pas de cuvette, mais seulement un trou et deux repose-pieds antidérapants. Sauf que des fois, le dérapage est quand même inévitable sur surface mouillée. Essayez d’y aller en tongs, vous m’en direz des nouvelles !

 

Mais le truc chouette quand même c’est que ces toilettes sont hygiéniques et économiques. En effet, elles sont faciles à nettoyer car le système est installé au niveau du sol et peut être aspergé copieusement (à l'eau propre, j'entends bien). Il n'y a aucun contact avec une lunette pouvant être à l'origine de la propagation de maladies ou microbes. Et ces toilettes consomment moins d'eau que les toilettes traditionnelles. Ca c’est le point positif.

 

Côté négatif, ce sont des toilettes peu confortables ! La position accroupie est pour certaines personnes difficile à tenir (certains n’arrivant pas à se relever et là, la honte !), on court le risque de s’éclabousser si on vise mal et la propagation des odeurs est plus importante car les excréments restent en contact avec l'air plus longtemps.

 

Passons donc au WC traditionnel. Le confort dépend de l’assise sur la tinette et les Japonais avec leur siège chauffant m’impressionnent énormément mais de vous à moi, avez-vous vraiment envie de reposer votre auguste postérieur sur un siège qui en a vu beaucoup d’autres ? Donc, dans la plupart des cas, le survol est nécessaire.  La lévitation sur tinette, dans les toilettes publiques, devient un art nécessaire pour éviter de se choper des petites bactéries qui vous attendent d’un œil goguenard. Et donc, vous finissez toujours par vous accroupir à moins de mettre une tonne de papier entre le siège et vos cuisses fermes !

 

Mais pour couronner le tout, au Vietnam, il y a une différence de prix fabuleuse entre une petite et une grosse commission.

 

price-toilet.jpg

 

Deux questions me viennent à l’esprit. Doit-on payer d’avance et que se passe t-il si on y rentre pour une petite commission et que soudainement vous prend l’envie de prolonger votre séjour ? Le tarif est t-il cumulatif dans ce cas ? Et si on a l’intention d’y passer du temps et que ca ne vient pas ? On est remboursé ?

 

Avant de vous jeter sur vos spartiates, sachez que selon une étude britonne, il y a 5 fois plus de bactéries sur un clavier d’ordinateur que sur un siège de toilettes. Et pour la petite anecdote, pour s’essuyer, Louis XIV utilisait des poules (deux ou trois selon la consistance): c’était chaud et plus doux que du papier.

 

Je compte sur vous pour enrichir le débat !

 


Voir les commentaires

2014-04-26T04:56:00+02:00

Les vertus du rire

Publié par Fille Ainée

The tonic of laughter is a universally needed medicine.
Without it, the joy of life is lost”.

 Sue Janson

 

"L’effet tonique du rire est une médicine reconnue universellement. Sans elle, la joie de vivre est perdue". Sue Janson

 

C’est en Nouvelle-Zélande que j’ai découvert cette artiste australienne. Je n’ai pu m’empêcher d’éclater de rire devant cette carte à l’humour très particulier.

 

Manis-Tiga-1345.jpg

"Moisson de Printemps"

 

Cette carte m'a fait penser à ce qui se passe dans les blocs de douches, dans les campings.

 

Ce qui ne manque jamais de m’étonner ce sont ces femmes qui ont la faculté de transformer un bloc de douches en salon de beauté. Personnellement, ma trousse de toilette se résume, dans ces moments là, aux strictes nécessités de première base. Pour le reste, on verra plus tard. Mais elles, non ! Elles monopolisent la douche pendant 20 minutes (et Dieu seul sait comment elles se débrouillent avec cette satanée minuterie), appliquent méthodiquement une couche épaisse de maquillage et campent sur le sèche-cheveux pour un brushing à faire pâlir mon coiffeur. Ca me laisse pantoise. Tout cela est-il bien nécessaire quand 2 minutes plus tard, il faut sortir sous une pluie battante ?

 

Je suis certaine que ce sont les mêmes qui dans l’avion vous bloquent les toilettes une heure avant l’arrivée et qui en ressortent comme si elles venaient de passer la matinée dans leur salle de bain. A quoi ca sert quand de toute façon on a mariné dans son jus pendant 12 heures de changer de vêtements et de se parfumer. Ca sent le cache-misère tout ca ! Evidemment, il y a peut-être un juste milieu entre la tête que j’ai quand je sors de l’avion et ces femmes. C’est en général avec le cheveux plat (les Nains ont surnommé ça le « Haircraft », jeu de mots entre Hair (cheveux) et Craft (avion) pour donner « Aircraft »), la mine défaite, l’œil globuleux et l’haleine de chameau que je passe l’immigration. Comment voulez-vous qu’ils me reconnaissent sur la photo de mon passeport ?  

 

Je vous invite à découvrir les autres réalisations de Sue Janson ICI. Certaines vous donneront vraiment envie d’éclater de rire !

 

Bon Week-end !

 


 


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog