Mercredi 15 octobre 2014 3 15 /10 /Oct /2014 05:06

invention-of-wings.jpg

 

Sarah Grimké est la fille cadette d'une famille aisée de Charleston. Sarah est celle que sa mère appelle « difficile » et que son père considère remarquable. Pour ses 11 ans, Sarah reçoit Hetty, une petite esclave retirée à sa mère et présentée à elle enveloppée de ruban couleur lavande. Sarah refuse ce cadeau et ce refus déclenche une série d’évènements qui vont influencer sa vie.

Un récit passionnant, inspiré de faits réels et qui se déroule dans le Sud profond des Etats-Unis esclavagistes au 19eme siècle. The Invention of Wings évoque un monde de contrastes choquants, de beauté et de laideur, de caractères justes mais qui manquent parfois de reconnaître les horreurs de leur siècle et qui célèbre le pouvoir de l’amitié et de l’amour filial. C'est aussi le récit des premiers abolitionnistes. 

Ce livre n’a pas encore été traduit en français mais ne tardera sans doute pas à l’être. Et ce jour là, ne le manquez pas. Passionnant ! Sue Monk Kidd est également l’auteur du Secret des Abeilles qui a connu un succès phénoménal outre-Atlantique et que je vous avais recommandé ICI.

 


Par Fille Ainée - Publié dans : Au fil des pages
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 13 octobre 2014 1 13 /10 /Oct /2014 05:46

Si vous avez, comme moi, du mal à démarrer cette semaine sur les chapeaux de roue, voici une petite parenthèse humoristique qui ne manquera pas, j’espère, de vous donner un peu de tonus.

 

Samedi matin, au cours d’une promenade avec les Nains dans le centre ville, voici ce que nous avons aperçu. Un rang entier de toilettes portatives installées en prévision d’un marathon le lendemain. Et là, sur les portes de ces toilettes, la preuve noir sur blanc que nos habitudes d’hygiène sont vraiment différentes !

 

Toilettes européennes :

 

Manis-Tiga-2472.jpg

 

Toilettes orientales (à la Turque) :

 

Manis-Tiga-2473.jpg

 

Curieuse de nature, je me suis lancée dans un petit travail de recherche afin de savoir lequel des deux modèles (européen ou oriental) était le plus pratique à utiliser.

 

Commençons par les toilettes à la Turque ou spartiate. Ce sont des toilettes au-dessus desquelles on s'accroupit. Elles ne possèdent pas de cuvette, mais seulement un trou et deux repose-pieds antidérapants. Sauf que des fois, le dérapage est quand même inévitable sur surface mouillée. Essayez d’y aller en tongs, vous m’en direz des nouvelles !

 

Mais le truc chouette quand même c’est que ces toilettes sont hygiéniques et économiques. En effet, elles sont faciles à nettoyer car le système est installé au niveau du sol et peut être aspergé copieusement (à l'eau propre, j'entends bien). Il n'y a aucun contact avec une lunette pouvant être à l'origine de la propagation de maladies ou microbes. Et ces toilettes consomment moins d'eau que les toilettes traditionnelles. Ca c’est le point positif.

 

Côté négatif, ce sont des toilettes peu confortables ! La position accroupie est pour certaines personnes difficile à tenir (certains n’arrivant pas à se relever et là, la honte !), on court le risque de s’éclabousser si on vise mal et la propagation des odeurs est plus importante car les excréments restent en contact avec l'air plus longtemps.

 

Passons donc au WC traditionnel. Le confort dépend de l’assise sur la tinette et les Japonais avec leur siège chauffant m’impressionnent énormément mais de vous à moi, avez-vous vraiment envie de reposer votre auguste postérieur sur un siège qui en a vu beaucoup d’autres ? Donc, dans la plupart des cas, le survol est nécessaire.  La lévitation sur tinette, dans les toilettes publiques, devient un art nécessaire pour éviter de se choper des petites bactéries qui vous attendent d’un œil goguenard. Et donc, vous finissez toujours par vous accroupir à moins de mettre une tonne de papier entre le siège et vos cuisses fermes !

 

Mais pour couronner le tout, au Vietnam, il y a une différence de prix fabuleuse entre une petite et une grosse commission.

 

price-toilet.jpg

 

Deux questions me viennent à l’esprit. Doit-on payer d’avance et que se passe t-il si on y rentre pour une petite commission et que soudainement vous prend l’envie de prolonger votre séjour ? Le tarif est t-il cumulatif dans ce cas ? Et si on a l’intention d’y passer du temps et que ca ne vient pas ? On est remboursé ?

 

Avant de vous jeter sur vos spartiates, sachez que selon une étude britonne, il y a 5 fois plus de bactéries sur un clavier d’ordinateur que sur un siège de toilettes. Et pour la petite anecdote, pour s’essuyer, Louis XIV utilisait des poules (deux ou trois selon la consistance): c’était chaud et plus doux que du papier.

 

Je compte sur vous pour enrichir le débat !

 


Par Fille Ainée - Publié dans : Trouvailles rigolotes
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Mardi 7 octobre 2014 2 07 /10 /Oct /2014 05:31

Ce titre sonne comme un plat indien. Un truc plein de graisses qui glisse sur les hanches et qui vous rend heureux rien qu’en effleurant vos papilles. Bon, pensons à autre chose !

 

Il est temps de se mettre à l’ouvrage. C’est pas le tout mais ne faire que des pochettes de téléphone pour le marché de Noël m’a laissée terriblement sur ma faim et je suis lasse de rester enfermée dans mon Atelier à ne rien produire pour moi. Que diriez-vous d’un bon BOM ? Rien de stressant, 3 semaines pour faire un bloc, on alterne entre appliqué et piécé. Qu’en dites-vous ? Et comme ça va bientôt être la fin de l’année, j’ai porté mon choix sur le « Jingle BOM » d’Erin Russek ICI.

 

L’ouvrage date de décembre 2013 et tous les patrons sont disponibles en ligne. Il ne nous reste plus qu’à les imprimer et à découper. Je ne vous demande pas de le terminer avant la fin de l’année (nous sommes des Superwomen mais quand même !), mais tous les trois semaines, je publierai mon avancée.

 

Je donne le top départ avec l’appliqué No.1. Les explications étant en briton ICI, je traduis :

- Découpez un carré de fond de dimensions 10inch x 10 inch (25,4cm x 25,4 cm)

- Pliez-le deux fois en diagonale et servez-vous des plis comme guides de placement pour les pièces appliquées.

- Le bloc terminé mesure 9inch x 9 inch (22,86cm x 22,86cm)

- Les tiges de ce bloc sont brodées au point de chaînette (personnellement, je vais opter pour un point de tige, mais c’est à vous de voir)

 

Pour plus d’informations concernant les méthodes d’appliqué, vous pouvez aller voir sur le site de Erin

 

Je vous donne rendez-vous le 28 octobre.

 

 

 

 

Par Fille Ainée - Publié dans : Mardi BOM - Communauté : La communauté des brodeuses
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Vendredi 3 octobre 2014 5 03 /10 /Oct /2014 06:56

Grand Nain, cette année, fait de la sociologie. Un domaine tout neuf pour mon Nain ado qui depuis le début de l’année scolaire cherche à comprendre et décortique nos façons de penser et nos comportements. Un domaine très varié mais nous sommes des cobayes consentants, tout comme nos voisins ou encore nos amis. Ca met inévitablement de l’ambiance dans une soirée quand la question du « une femme doit-elle rester à la maison » est posée. Et quand en plus, on est ado et que l’on remet tout en question, que de toute façon, c’est bien connu, on a toujours plus raison que Papa/Maman, ça devient encore plus intéressant.

 

Mais ne jetons pas la pierre à Grand Nain, nous sommes tous passés par là ! Sauf Monsieur 3xrien qui vit dans le déni et pour qui l’adolescence n’a été qu’un long fleuve tranquille. Moi, je dis qu’il a la mémoire courte !

 

Il y a quelques jours, je lisais un article dans la presse relatant les états d’âme d’une mère de famille qui avait de plus en plus de mal à répondre à la question « Mais que faites-vous de vos journées maintenant que les enfants sont à l’école ? ». Le genre de question qui tue, quoi !

 

Ben moi aussi je me pose souvent cette question. Qu'est-ce que je fais de mes journées ? Je n’ai pas osé en parler à Monsieur 3xrien. On ne sait jamais, ca pourrait lui donner à réfléchir. Mais ça n’empêche que je me sens toujours un peu coupable quand je profite d’un petit moment de liberté pour aller déjeuner avec les copines alors que Monsieur 3xrien s’énerve en réunion sur des collègues de travail obstinés.

 

Mais pour en revenir à cet article, je trouve, oh surprise, le commentaire suivant:

« Je travaille à temps plein, et mon mari reste à la maison. Nous avons deux enfants (8 et 3 ans) qui vont à l’école toute la journée. Réalisez-vous combien il est plus facile de travailler à plein temps quand l’un de nous deux reste à la maison ? Je peux travailler tard et je peux voyager sans avoir à m’inquiéter pour les enfants. Nous passons des week-ends tranquilles au lieu de courir faire les courses et le ménage. Je peux retourner travailler les lundis en pleine forme. Je pense que c’est un luxe pour moi d’avoir un époux qui reste à la maison »

 

Je n’y avais jamais pensé sous cet aspect là ! Et là, du coup, ça remet tout en perspective. Finalement, c’est un luxe pour Monsieur 3xrien si je reste à la maison. 

 

Oui, je suis bien celle qui s’occupe des fronts fiévreux et attrape toutes les saloperies rapportées par les Nains de l’école, qui fait le taxi les soirs d’activité surtout quand il pleut des cordes et qui reste coincée dans les embouteillages, celle qui remplit le frigo et s’assure que les Nains mangent des repas équilibrés propices à des études réussies et qui prête une oreille assidue quand on rentre de l’école/bureau les épaules chargées du poids du monde. Oui, c’est également moi qui était là pour essuyer les fesses sales et coller des pansements « princesse » sur des genoux éraflés.

 

Y’a vraiment pas de quoi se sentir coupable donc si je vais passer une heure chez ma voisine à boire un café et réinventer le monde ou si je retourne me coucher après avoir déposé les Nains à l’arrêt de bus le matin alors que Monsieur 3xrien fonce vers le bureau. J’ai souvent eu l’envie de cumuler des activités journalières et surtout d’en faire un compte-rendu heure par heure pour prouver au monde entier – mais surtout aux Nains – que moi aussi, j’avais un agenda de ministre et que j’étais hyper productive. Mais pour convaincre qui en fait ? Peut-être moi tout simplement. Pour me donner un sens ?

 

Mais je n’ai rien à prouver. Moi aussi, je travaille et je contribue. Non seulement en travaillant freelance mais également en m’assurant que la maison est impeccable et que les Nains ne crèvent pas de faim et qu’on les retrouve tout desséchés dans leurs chambres pas rangées. Parce que c’est un boulot ça Madame et aucune femme ne me contredira. C’est du 24h/24h et 7j/7j. Pas de vacances, pas le droit de faire la grève ni même de réclamer une augmentation de salaire.  

 

Donc, si on le voit comme ça, je suis un don pour mon mari. Un véritable cadeau du ciel !

 

Et ce cadeau du ciel, depuis quelques semaines, il s’active. Voici le début de ma nouvelle collection de petites pochettes pour téléphone.

 

Atelier-2 3097

 

Eh, dites, on va déjeuner ?


Par Fille Ainée - Publié dans : L'Atelier de Fille Aînée - Communauté : La communauté des brodeuses
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Mardi 23 septembre 2014 2 23 /09 /Sep /2014 05:33

Yellow-crocus.jpg

 

Dès sa naissance Lisbeth est retirée à sa mère pour être confiée à une nourrice noire, esclave sur la plantation de ses parents. Mattie, est elle-même une jeune mère que l’on a séparé de son fils pour s’occuper de ce bébé blanc. C’est ainsi que commence entre elles une relation intense qui changera leurs vies.

 

Bien que Lisbeth appartienne au monde privilégié, elle ne trouve que solitude en compagnie d’une mère peu attentionnée et d’un père distant. En grandissant, Mattie devient plus une famille pour Lisbeth et la petite fille se régale de ses visites dans le quartier des esclaves – une communauté vivante dans laquelle on ne cache pas ses sentiments. Mais cette relation n’aura t-elle pas des conséquences ?

 

Cette histoire retrace la vie de deux femmes différentes à la recherche de liberté et dignité. Une histoire qui m’a beaucoup plu et qui m’a rappelé nos SuperNannies à nous. Ces femmes qui laissent leurs propres enfants pour élever ceux des autres. Un geste d’abnégation pour assurer un avenir un peu plus rose à ces enfants qui ont moins de chance que les nôtres.

 

Comme notre SuperNanny qui s’est occupée pendant 8 ans de Petit Nain. On ne pouvait plus les séparer et Petit Nain l’a faisait tourner en bourrique. Mais quels liens ! Comme SuperNanny avait beaucoup plus de patience que moi, c’est avec grand plaisir que de nombreuses fois je lui refilais le paquet pour aller voir ailleurs si j’y étais. C’était ça ou jeter le Nain par-dessus bord !

 

Ce livre n’est pas disponible en français mais comme vous êtes nombreuses à me suivre dans la langue de Shakespeare…

 


Par Fille Ainée - Publié dans : Au fil des pages
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Contactez moi

Pour m'écrire, cliquez ICI

Chez vous, il est...



et chez moi...

Mes tutos top chrono patouille

Mes participations

étiquettejeparticip

 

Petite boutique de créateurs

logo

Mais qui est donc l'auteur ?

  • Fille Ainée
  • Le blog de Fille Ainée
  • Mon rêve : avoir 9 vies pour me permettre de réaliser tous les projets débutés sur un coup de tête, qui n’ont abouti à rien et que je cache maintenant dans un placard!
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés