Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2017-09-22T08:21:00+02:00

On va faire la planche

Publié par Fille Ainée

Même si en ce moment je respire plus la poussière des travaux de rénovation que l’air frais du Mistral local, je n’en reste pas pour le moins inactive.

 

Alors qu’au printemps dernier, je vous bombardais de petits travaux de couture sous les Tropiques et collectionnais les robes d’été, j’ai aujourd’hui lâché l’aiguille pour maîtriser la scie sauteuse. Une révélation ! Par contre, triste constat, l’outillage du parfait bricoleur est pour le moment plutôt réservé aux mâles, aux vrais, aux musclés, ceux que ça ne dérange pas de manier des outils électriques qui pèsent une tonne. Cet article est donc un immense appel au secours : à quand l’outillage rose ?

 

Avant qu’il ne parte rejoindre nos pénates humides, j’ai coincé Monsieur 3xrien entre deux murs et l’ai imploré de partager son atelier. Attention, l’Homme est territorial et l’effort lui a coûté. Mais quelle revanche, les Filles !!

 

Ayant trouvé dans le jardin de vieilles planches délimitant un potager dans lequel la ciboulette faisait la tête, j’ai démonté la structure pour la récupérer. J’aime le vécu, la planche qui en a vu des escargots, qui a une histoire à raconter. Moutie les avait déjà lorgnées mais son erreur a été de ne pas venir les récupérer plus vite. 


De ces planches, j’ai réalisé une tête de lit pour notre nouvelle chambre d’amis.

On va faire la planche

C’est évidement sur mon site de perdition que j’ai trouvé l’inspiration et comme ça ne me semblait pas si sorcier, je me suis jetée à l’eau. Et de fil en aiguille, j’ai même investi dans une petite ponceuse orbitale jaune citron (à défaut de rose) pour m’accompagner dans mon projet.

 

 

On va faire la planche

Ces planches ont été fixées au dos par deux tasseaux, puis après avoir les avoir poncées, je me suis amusée à peindre un pochoir. J’ai terminé par une patine à la cire blanc colombe.

On va faire la planche

J'ai ensuite laissé le soin à Monsieur 3xrien d’accrocher l’œuvre finale tout en faisant très très attention à ce que mes planches ne tombent pas sur la tête de Moutie lorsqu’elle viendra en visite. Il y a des belles-mères qui sont parties pour moins que ça !

On va faire la planche

Voir les commentaires

2017-09-20T17:45:21+02:00

Règlement de compte médical

Publié par Fille Ainée

Je vous l’avais promis, je l’avais dit, alors je lâche brièvement marteau, scie et pinceaux pour vous parler de ce qui m’a tenu très à cœur cet été : le « NON je n’ai pas la carte Vitale et ca ne fait pas de moi un monstre pour autant ! ».

 

Comme les 3xrien font toujours les choses à fond, Petit Nain, une semaine après notre arrivée en France, nous a proposé une activité très ludique en tombant de sa hauteur. Moi déjà, c’est un terme que je ne connaissais pas. Disons que je me suis toujours vautrée dans les escaliers, sur un trottoir ou en enjambant une barrière, aussi gracieusement que possible évidemment, mais de ma hauteur, à l’arrêt, ça jamais. Donc au niveau de la nouveauté, nous accorderons un A à Petit Nain pour l’inventivité. Cette chute s’est produite un soir alors que nous rentrions d’un concert de musique celte. Il était tard, je tourne le dos au Nain pour remercier nos voisins avec qui nous avions passé la soirée et PAF, le Nain se vautre ! Dans le silence le plus total ! Une vraie noyade terrienne.

 

Ahurissement complet ! La mère boit, le Nain titube ! Moyen Nain, son collègue, s’approche pour relever sa version miniature qui ne fait pas mine de faire beaucoup d’efforts et là, à la consternation générale, nous constatons que le bras droit du Nain a une sale touche. Pas beau du tout. Style bigle en biais. Je n’avais jamais vu de bras cassé mais même en grande débutante que j’étais, il était indéniable que cette chute allait grandement nous gâcher le début des vacances et surtout faire un ÉNORME trou dans le budget saucisse-frites ! Parce que voyez-vous, nous n’avons pas la carte Vitale !!!

 

Immédiatement, notre voisine, infirmière de son état, téléphone à sa collègue et nous obtient deux Pass VIP pour le service des urgences. Comme chez Disney, on ne fait pas la queue ! Et nous voilà partis avec le Nain, le bras en attelle, enroulé dans le dernier numéro de Maisons et Jardins (tant qu’à faire !).

 

Inutile de vous dire que notre arrivée nocturne aux urgences est passée totalement inaperçue. Je ne m'attendais pas au déroulé de tapis rouge mais il y avait une telle foule qu’on se serait cru un soir de 14 juillet sur les Champs Elysées. Pourquoi un tel rassemblement ? Et puis de m’interroger : quelle est la définition du mot « urgence » ?

 

Parce qu’entre la mère de famille accompagnée de sa peste et qui se plaint d’attendre depuis plus de quatre heures parce que sa morveuse est tombée de l’escabeau (la dite morveuse qui court dans la salle d’attente, en pleine forme), celui qui a mal au ventre mais refuse d’attendre le lendemain pour voir son médecin traitant et la petite mamie qui a du mal à dormir seule chez elle, je suis passée en mode gros questionnement. Si j’avais raté la fête ? Et si, en fait, la nuit aux urgences, y’avait pas une grosse rave party et qu’on ne m’avait jamais invitée ?

 

Bon, je plaisante, certes, mais je trouve qu’il y a quand même un vrai malaise au niveau des services de santé publique. Qu’est ce qui fait qu’on perd le sommeil au point de préférer attendre la nuit entière aux urgences alors que quelques heures plus tard, on peut se rendre directement chez son médecin ?

 

Mon expérience en matière d’urgences est fort limitée et à part un épisode particulièrement dramatique, il y a quelques années, quand Moyen Nain a plongé comme une sirène dans la piscine du jardinier sans en vérifier le niveau d’eau et est remonté à la surface mesurant dix centimètres de moins, je commence à penser que les nuits à l’hôpital sont particulièrement populaires auprès de ceux qui se vautrent dans le caniveau suite à un abus d’ambroisie ou qui ont tellement besoin de chaleur humaine passé minuit qu’ils viennent tous se rejoindre sous les néons blafards d’une salle d’attente impersonnelle. J’admire le personnel soignant !

 

Revient donc la question du coût des soins. Evidemment, pour nous autres expatriés, non résidents en France, la note est salée. Et de me demander si ces gens étaient amenés à régler la note en partant, prendraient-ils conscience du coût de leur hypochondriaquité (ne cherchez pas ça n’existe pas mais je trouve ce mot très éloquent !!).

 

Ma première approche à la réception n’est jamais facile car ma réponse à cette fameuse question « vous avez la carte Vitale ? » provoque toujours beaucoup de contrariété. Non, je ne l’ai pas cette fameuse carte ! Et je n’ai pas non plus de carte mutuelle. De toute façon même si j’en avais une, elle ne servirait strictement à rien ici en France ! Certaines personnes vont jusqu'à compatir « Mais comment vous allez faire ? ». Mais Madame, je vais certainement partir en courant sans payer la note et en vous laissant bien sûr ce Nain qui m’encombre et quand vous aurez vu comment il me vide le frigo en un temps record, c’est vous qui règlerez la facture en me le renvoyant illico presto !

 

Pas sûr aussi que le géniteur du Nain en question ait le sourire au réveil. D’abord, ca commence toujours par une note de téléphone salée, comme un grand appel au secours. Monsieur 3xrien, le Nain s’est vautré. Tu peux me virer de l’argent ? Imaginez qu’après quelques appels de ce genre, l’Homme ne répond plus au téléphone entre minuit et 6 heures du mat, heure française ! Il apprend vite le gaillard.

 

Pour finir, le Nain a eu le plaisir de faire la connaissance du Dr. C, qui même incapable de rédiger un rapport médical en français moyen, lui a réduit sa fracture de façon magistrale. Mon Nain a eu l’oscar du plâtre et a passé le reste de ses vacances dans son lit, dispensé de vaisselle au grand dam de ses collègues. Par contre, c’est quand j’ai emmené ma troupe de joyeux troubadours grimper aux arbres que mon Nain a réalisé toute l’énormité de sa condition médicale. Et m’a donné, par la même occasion, l’excuse parfaite pour rester sur le plancher des vaches au lieu de me balancer aux branches comme un chimpanzé.

 

Petite pensée sentimentale pour ce chèque de 500 euros abandonné au service comptable de la clinique machin chose et qui ne me voyant pas revenir, doit me pleurer à chaudes larmes. Rassure-toi mon chèque, le reste du paiement va bientôt te rejoindre. Car figure-toi que Monsieur 3xrien vient de recevoir la facture finale et que même si cette dernière est rédigée en français et que l’Homme maîtrise peu la langue de Molière, il sait au moins très bien lire ce qui figure dans la petite case en bas.

 

Petite mention sympathique pour la brave dame qui travaille à la comptabilité et qui pendant de nombreuses semaines a vainement tenté de nous obtenir une carte mutuelle européenne pour faire passer la pilule : Gentille Madame, quand la Malaisie fera partie de l’Europe, le monde sera soudainement devenu bien petit !!

 

Petite remarque également à la prochaine qui me demande comment, vous n’avez pas la carte Vitale ?, le jour où j’en ai une, je te la fais bouffer !

Voir les commentaires

2017-08-21T16:44:51+02:00

On ira jusqu'à Palerme

Publié par Fille Ainée

Toujours dans la série des "je voyage avec Annabel Benilan", je vous emmène à Palerme. Mais là, pour le coup, je suis un peu déçue ! C'est le quatrième patron de Couture pour l'été que je réalise  et je dois vous avouer que je ne m'attendais pas à un truc aussi bâclé.

 

On ira jusqu'à Palerme

Toujours et encore, aucune barème de taille, donc je me suis lancée dans un 38. Une réalisation somme toute fort simple mais j'ai quand même jugé bon d'entoiler les parementures (aucune instruction à ce sujet, et c'est quand même un des BABA de la couture) et doublé les manchettes pour leur donner un peu plus de tenue et ainsi finitioner les coutures aux emmanchures.

On ira jusqu'à Palerme

Au final, un petit haut qui devient un peu juste au niveau des hanches une fois que l'on a fait le pli sur le devant qui je dois l'avouer ressemble plus à un cache-misère qu'à un détail fait exprès. C'est dommage car, peu convaincue par ce pli, il m'a été impossible de ne pas le faire ; le décolleté étant devenu trop profond. J'ai donc tout défait, et à la place, j'ai cousu deux petits plis de chaque côté de l'encolure. J'ai ensuite rajouté un joli bouton en nacre pour agrémenter le tout. C'est beaucoup plus soigné ainsi, je trouve. 

On ira jusqu'à Palerme

Même si ce n'est pas un modèle que je referais, j'ai quand même plaisir à le porter mais c'est sans doute plus dû au fait que ce petit coton type liberty est léger et parfaitement approprié pour les grandes chaleurs de l'été. 

On ira jusqu'à Palerme

Voir les commentaires

2017-08-18T17:04:16+02:00

Et si on se mettait à table ?

Publié par Fille Ainée

Décidément cet été, j’aurai peu touché au tissu ou à l’aiguille mais qu’est ce que je me régale dans la peinture et la colle à bois ! Il y a des saisons comme ça. Et puis surtout, les anciens propriétaires de notre nouveau nid provençal sont partis en laissant derrière eux de vieux meubles qui auraient très bien pu partir à la poubelle si ce n’avait été mon œil averti. Des antiquités branlantes qui trainaient dans des coins obscurs et mises à jour lors de nos travaux de démolition.

 

Cette petite table, en l’occurrence, se trouvait perdue dans une des caves et je l’avais, au cours de notre emménagement, ensevelie sous un monceau de cartons. Quelle grossière erreur Fille Ainée ! J'ai malheureusement oublié de prendre une photo de ma table dans son jus mais faites preuve d'imagination ; elle était peinte marron caca. 

 

 

Et si on se mettait à table ?

Après une séance exfoliation à la ponceuse et un rinçage léger à la lessive Saint Marc à l’oxydrine, ma petite table avait déjà meilleure mine. Elle est certes restée un peu rustique mais une fois passée une couche de peinture à la caséine couleur feutrine, suivie d’un balayage à l’essuyé blanc,

Et si on se mettait à table ?

elle a terminé en beauté grâce à un pochoir commandé sur Internet.

Et si on se mettait à table ?

Cette remise en forme s’est terminée par un massage tout en douceur à la cire blanche. Ma table est partie pour une nouvelle vie et fera figure centrale pendant nos apéritifs !

Et si on se mettait à table ?

C'est le moment de sortir vos vieilleries et de leur donner une seconde vie !

Et si on se mettait à table ?

Voir les commentaires

2017-08-16T02:57:00+02:00

La jupe de Marie-Claire

Publié par Fille Ainée

La jupe portefeuille est une pièce culte indémodable dans une garde-robe qui se respecte et c'est Marie-Claire Idées qui la reprend avec un patron (et une vidéo) de Solène du Potet-Bonnet ICI.

 

Comme j’aime les trucs gratuits, j’ai testé pour vous. Franchement, y’a pas de quoi s’arracher les cheveux.

La jupe de Marie-Claire

Temps de réalisation : à peine 2 heures. Le temps d’un match de rugby pendant lequel Monsieur 3xrien ne s’est aperçu de rien.

La jupe de Marie-Claire

Moi, des patrons comme ça, j'en veux tous les jours ! 

Pour la réaliser, j'ai opté pour un tissu mi lin/mi coton qui devait être destiné, à l'origine, à la confection d'une chemise mais qui tombe tellement bien que du coup, à défaut de haut, il est devenu un bas !

La jupe de Marie-Claire

Seule petite remarque au niveau de la ceinture, le patron a été tellement simplifié pour les débutantes que l'on ne retrouve pas de passant. Qu'importe ! Un petit croisé discret et le tour est joué !

Voir les commentaires

2017-08-12T03:54:53+02:00

passion...nément !

Publié par Fille Ainée

Vous la connaissez plus sous cet aspect-là :

passion...nément !

Mais chez nous, elle existe aussi comme ça :

passion...nément !

C'est la fleur du fruit de la passion ou grenadine. Cette plante donne des fruits délicieux dans le jardin de ma voisine. Une passion comme celle-là, on en redemande tous les jours !

Pour aller voir ce qui passionne chez Les Bottes Rouges, cliquez ICI

Voir les commentaires

2017-08-10T12:48:24+02:00

Tiens bon la rampe, Simone !

Publié par Fille Ainée

Je ne sais pas si vous connaissez la chaîne TV américaine  HGTV, mais nous nous régalons d’un de leurs programmes,  « Stone House Revival ». Un programme entièrement dédié à la rénovation de maisons anciennes, dans le respect des matériaux et des traditions de l’époque. Un programme terriblement intéressant quand on possède soi-même un petit morceau d’histoire. Au cours de chaque émission, Jeff Devlin, menuisier de son état, récupère du bois ou des pièces trouvées sur la propriété à restaurer. Je crois que ce coup ci, il aurait été fier de moi !

 

C’est en prenant possession de la maison, à Pâques dernier, que j’avais trouvé dans le jardin, une très jolie branche, mise de côté dans l’espoir, un jour, d’en faire quelque chose. Comme Monsieur 3xrien donnait l’exemple en s’agitant comme un effréné malgré une chaleur torride, je me suis souvenue de cette branche. Et ça a fait tilt !

 

Pour remplacer une rampe d’escalier qui en avait beaucoup vu et ne tenait que par un fil

 

Tiens bon la rampe, Simone !

Beaucoup d’huile de coude pour la passer au papier de verre, deux couches de lasure pour la protéger des intempéries, un grand sourire à Monsieur 3xrien pour la négociation de deux trous et le tour était joué !

 

 

Tiens bon la rampe, Simone !

Jeff, qu’en penses-tu ?

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog