Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2016-07-23T07:54:55+02:00

Symétrie

Publié par Fille Ainée
Symétrie

"Pose ta joue sur mon épaule
Ferme les yeux
Qu'un peu d'éternité nous frôle
Soyons heureux, tous les deux"

Charles Aznavour

Voir les commentaires

2016-07-22T01:37:54+02:00

L'été en toute Simplicity

Publié par Fille Ainée

C'est en parcourant un blog de mode que j'ai repéré ce patron Simplicity.

L'été en toute Simplicity

Visiblement, cette petite robe figurait sur la liste des must have (essentiels) de l'été. Je ne suis vraiment pas branchée mode mais son petit côté fantaisiste m'a interpellée. Et comme j'ai trouvé le patron dans ma boutique, il n'y avait plus de raison pour ne pas...

L'été en toute Simplicity

Réalisation très simple et rapide mais la pose du biais au niveau des emmanchures m'a semblé inutilement compliquée. J'ai donc fait à ma sauce et je ne m'en porte pas plus mal !

L'été en toute Simplicity

J'ai zappé les poches pour cette première version mais je pense revenir vers ce patron pour le réaliser en version "haut" avec poches !

L'été en toute Simplicity

Voir les commentaires

2016-07-20T01:19:02+02:00

Des fourmis dans les jambes

Publié par Fille Ainée

Cette année, migration plus tardive des 3xrien vers leurs pénates d'été. En l'absence d'un Home Sweet Home, nous préférons voyager et après Myanmar nous partons vers une autre destination mystère.

Vu que la dernière fois, certaines se sont permises de tricher consulter l’Internet, je ne vous donnerai que 2 indices pour vous faire deviner où nous allons passer quelques jours. Faites travailler vos méninges ! Et plus les réponses seront farfelues, plus vous monterez dans mon estime !

Indice 1 : la loi est tellement sévère que le taux de criminalité est à 0 %

Indice 2 : il n’y a aucune adresse. Le courrier est livré dans des boîtes postales

Je sens que les cerveaux vont fumer !!

Voir les commentaires

2016-07-19T01:59:29+02:00

Une robe pour se sentir jeune !

Publié par Fille Ainée

Parce que des fois les patrons Burda, c’est plutôt de l’hébreu, j’ai été agréablement surprise par celui-ci :

Une robe pour se sentir jeune !

Des explications très claires et détaillées, aucune difficulté dans la réalisation, je le recommande. Et puis j’ai aimé que ce soit un Burda Young (jeune). Ca m’a fait rajeunir de plusieurs années !!

Une robe pour se sentir jeune !

Parce que mon tissu était un peu transparent, j'ai du doubler la jupe. Et d'ailleurs j'aime beaucoup son ampleur !

Une robe pour se sentir jeune !

Et je proclame haut et fort que je suis totalement reconciliée avec la pose d'une fermeture à glissière avec un pied normal.

Une robe pour se sentir jeune !
Une robe pour se sentir jeune !

Je lui trouve un petit côté vintage à cette robe, vous ne trouvez pas ?

Voir les commentaires

2016-07-16T01:21:12+02:00

En l'air !

Publié par Fille Ainée

Il s'en passe des choses tout là-haut. Surtout quand on habite en ville et que les gratte-ciels n'en finissent pas de pousser.

En l'air !

Cette photo a été prise dans les embouteillages à Kuala Lumpur. Je me suis contentée d'ouvrir le toit de la voiture.

On devrait lever la tête plus souvent vous ne trouvez pas ?

Voir les commentaires

2016-07-15T02:20:52+02:00

Bagan

Publié par Fille Ainée

Bagan est un vaste site archéologique de près de 50 kilomètres carrés situé dans la plaine centrale de la Birmanie. Occupé par plusieurs villages souvent bâtis à proximité de groupes de temples, il se trouve dans une zone sismique et a subi de nombreux tremblements de terre ayant provoqué de graves dégâts, l’un des plus importants et destructeurs ayant eu lieu en juillet 1975.

Un inventaire des monuments du site a été dressé par la suite. Les monuments ont été mesurés, photographiés et leurs plans tracés. Il recense 2834 monuments, dont de nombreux en ruines.

Plusieurs monuments ont été restaurés après le tremblement de terre, mais dès les années quatre-vingt-dix, une vague de restaurations entreprises sous l’égide du gouvernement birman et d’investisseurs privés ont fait que ces interventions ont empêché l'inscription du site au patrimoine mondial de l’humanité. C’est en effet quelques fois du grand n’importe quoi : carrelage rose au sol qui aurait plus sa place dans une salle de bain kitch des années 70, quand il n’est pas vert émeraude, bref, c’est très disparate !

Cela n’empêche pas que la magie de Bagan opère dès l’arrivée. Nous connaissions déjà le site d’Angkor Wat mais là, c’est autre chose. Il y en a tant !! On ne sait pas où tourner de la tête et le meilleur moyen de les visiter presque tous, c’est à mobylette électrique ! Nous étions, Monsieur 3xrien et moi, légèrement appréhensifs, mais convaincus par le fait que faire tout le site à pied relevait du miracle, nous avons approché la question du deux-roues avec beaucoup de prudence. Cela n’a duré que deux minutes, le temps de nous familiariser avec notre monture.

Bagan

Sans casque, à guère plus de 25 km/h, nous avons sillonné les petits chemins de sable. J’aurais beaucoup plus ri si je n’avais pas avalé la moitié de la poussière de la route en ouvrant la bouche.

Bagan

Le procédé est simple, vous vous perdez dans les petits chemins jusqu'à ce que vous tombiez sur un temple/une pagode inexplorée, vous laissez votre monture à la porte avec vos chaussures (vous les retrouvez toujours à la sortie) et vous vous lancez à la découverte de toutes les représentations de Buddha cachées à l’intérieur.

Bagan
Bagan
Bagan

Je vous avoue que le premier jour, on était toujours ravis de les découvrir ces grandes statues mais on s’est vite fatigué !!

(N'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les voir en plus grand.)

Bagan
Bagan
Bagan
Bagan
Bagan
Dhammayangyi

Dhammayangyi

Bagan
Bagan
Bagan
Bagan
Bagan
L'endroit idéal pour prendre des photos... même les yeux fermés !

L'endroit idéal pour prendre des photos... même les yeux fermés !

Bagan

Nous avons terminé notre court séjour de 2 jours par un coucher de soleil vu depuis la pagode Shwe San Dew, accompagnés de milliers de touristes. Et nous n’étions qu’en saison creuse ! Imaginez le carnage sur ces marches en pleine saison !!

Bagan
Bagan

Deux jours n'ont pas été suffisants pour tout voir mais ce n'est que partie remise. La prochaine fois, nous inclurons Mandalay dans notre itinéraire !

Voir les commentaires

2016-07-13T10:51:09+02:00

Birmanie, plein les yeux !

Publié par Fille Ainée

Par où dois-je commencer ? La culture, le pays, les gens, ou tout simplement tout vous déballer dans le désordre ? Difficile de résumer 4 jours de découvertes, de dépaysement complet et surtout de ravissement extrême. C’était trop bien comme disent les Nains !

Nous arrivons en matinée à l’aéroport « international » de Yangon. Je mets « international » entre guillemets car ce n’est pas vraiment ça. On sent qu’il y a un effort mais « peut certainement mieux faire ». Et pourtant l’aéroport ne date que de 2007. L’ancien aéroport, qui était l’un des aéroports les plus modernes de l’Asie du Sud-Est, sert à présent pour les vols internes. L’aéroport « international » a été construit pour y accueillir de plus grands avions et ainsi promouvoir le tourisme en Birmanie. Cependant, ce pays s’ouvre à peine et le tourisme de masse n’y est pas encouragé. Vous ne verrez donc pas des cars entiers de Chinois mal-maniérés, ni de Japonais qui cliquent plus vite que leur ombre. Et c’est tant mieux ! En plus, nous sommes en saison creuse car saison des pluies. Nous croisons donc très peu de touristes, la plupart des Américains ! Nos Nains attirent beaucoup les regards mais cette attention ne les gênent pas. On sent les Birmans curieux sans être intrusifs. Le gouvernement actuel n’encourage pas les échanges entre locaux et touristes mais impossible de freiner la curiosité d’un peuple resté si longtemps isolé.

Notre petit hôtel-boutique est situé au coin d’une grande artère. Les voitures sont nombreuses et les rues congestionnées. Il est également très difficile de traverser car les feux durent plus de 10 minutes ou ne fonctionnent simplement pas ! Si vous choisissez la marche, à vous de prendre votre destin en main. Et attention, les voitures ont le volant à droite et circulent également à droite. Pour avoir, pendant longtemps, conduit une petite britonne en France, je peux vous assurer que cela n’est pas évident ! Tout cela vient du fait que le gouvernement restreint régulièrement l’importation de voitures étrangères et que le marché noir est donc la principale source.

A proximité : la pagode Shwedagon, haut lieu saint bouddhiste. Sur une colline, on la voit de toute la ville. Nous y avons passé un bon moment, assis à l’ombre, à contempler l’ensemble et à regarder passer les pèlerins.

Entrée nord

Entrée nord

Flanquée de deux chinthes, créatures semblables au lion qui ont pour fonction de protéger la pagode.

Flanquée de deux chinthes, créatures semblables au lion qui ont pour fonction de protéger la pagode.

Désolé, je n'ai pas pu résister !

Désolé, je n'ai pas pu résister !

Le stûpa atteint une hauteur de 98 mètres. Sa base est faite de briques recouvertes de milliers de plaques d'or. Elle est entourée d'une forêt de 64 petits pagodons qui forment une petite enceinte avec 4 temples plus grands situés aux points cardinaux.

Birmanie, plein les yeux !
Birmanie, plein les yeux !

Sur la flèche se trouve une ombrelle où sont accrochées 1065 clochettes d'or et 420 clochettes d'argent, ainsi qu'une girouette ornée de pierres précieuses. Elle se termine par le seinbu, une petite sphère d'or incrustée de milliers de diamants dont une émeraude de 76 carats.

C’est magnifique mais je ne peux m’empêcher de penser à tous ces Birmans qui vivent dans la pauvreté (26% sous le seuil et combien d’autres à peine au-dessus ?) et que cette richesse semble narguer. Petite remarque : seuls les touristes payent un droit d’entrée !

Même les moines se mettent à la technologie !

Même les moines se mettent à la technologie !

Birmanie, plein les yeux !
Birmanie, plein les yeux !
Relate la vie de Buddha Gautama

Relate la vie de Buddha Gautama

Birmanie, plein les yeux !
Birmanie, plein les yeux !
Birmanie, plein les yeux !

Nous finissons la visite assoiffés et les pieds bien poussiéreux car il faut retirer ses chaussures à l’entrée. Et là, nous avons tous eu une pensée tendre pour Monsieur Moutie !

Pour notre deuxième jour de visite à Yangon, nous avons décidé de descendre en ville.

Yangon est la ville qui a le plus grand nombre d’édifices coloniaux de toute l’Asie du Sud-Est. On sent une présence britonnique très forte au niveau de l’architecture. Malheureusement, la plupart de ces bâtiments sont dans un très mauvais état et depuis le coup d’Etat militaire du Général Ne Win en 1962, tout est resté à l’abandon. Il n’en reste pas moins de très beaux bâtiments coloniaux qui abritent à présent l’administration de la ville. La plupart d’entre eux (188 en 2001) figurent sur la Yangon City Heritage List qui a pour but de les préserver.

Yangon Division Court

Yangon Division Court

Myanmar Economic Bank

Myanmar Economic Bank

Internal Revenue Department (les impôts)

Internal Revenue Department (les impôts)

Custom House (les douanes)

Custom House (les douanes)

Birmanie, plein les yeux !
City Hall (la mairie)

City Hall (la mairie)

Certains bâtiments sont recouverts de mousse mais je trouve que cela leur donne un charme fou !

Birmanie, plein les yeux !
Birmanie, plein les yeux !
Birmanie, plein les yeux !

J’ai trouvé cette déclaration « Moving Myanmar Forward » (faire avancer Myanmar vers le futur), sur un bus de la ville, assez ironique.

Birmanie, plein les yeux !

Il circule avec le capot du moteur grand ouvert pour éviter que celui-ci ne surchauffe ! La Birmanie a encore beaucoup à apprendre. Mais on sent la marche du progrès comme le témoignent ces centaines de paraboles dans une petite rue de la ville !

Birmanie, plein les yeux !

Quant à cette antenne disgracieuse à côté de la pagode Sule, sans commentaire !

Birmanie, plein les yeux !

Nous avons terminé notre visite de la ville par un petit tour au marché ouvert (qui d’ailleurs ne l’était pas du tout et tant mieux car il pleuvait !). Je me suis soudain retrouvée à Hong Kong !

Entrée du marché ! Âmes sensibles s'abstenir.

Entrée du marché ! Âmes sensibles s'abstenir.

Birmanie, plein les yeux !
Birmanie, plein les yeux !
L'étal du boucher

L'étal du boucher

Si vous avez envie d'acheter de la cordelette

Si vous avez envie d'acheter de la cordelette

Les vendeurs dorment en général dans l'échoppe entre les heures de pointe

Les vendeurs dorment en général dans l'échoppe entre les heures de pointe

Birmanie, plein les yeux !
Par contre, ne demandez pas de sac plastique !

Par contre, ne demandez pas de sac plastique !

Une fois le marché exploré, nous avons eu envie de voir la gare ferroviaire. C’est quelque chose qui tient Monsieur 3xrien toujours très à cœur et nous commençons à avoir l’habitude. Faisons donc comme les locaux…

Birmanie, plein les yeux !

marchons le long de la voie ferrée !

Birmanie, plein les yeux !
La gare !

La gare !

Birmanie, plein les yeux !

D’ailleurs, pourquoi ne nous assiérions-nous pas ?

Birmanie, plein les yeux !

Rassure-toi Moutie, nous n’avons pas osé. Et même si les locaux traversent les voies, nous avons préféré prendre les passerelles.

Birmanie, plein les yeux !

Nous sommes restés un moment assis à attendre le train, car figurez-vous qu'il existe une ligne circulaire qui dessert différents quartiers de la ville et quoi de plus amusant que de prendre le train aux heures de pointe !! Cette ligne s'appelle "the tourist train" car tout le monde, à Yangon, sait que les touristes adorent s'entasser dans des wagons qui sentent le mal-lavé (une odeur d'ailleurs persistante qui vous accueille aussi dans les taxis), pour observer la vie quotidienne des habitants.

Ca commence déjà sur le quai de la gare...

Dame moine

Dame moine

Birmanie, plein les yeux !
Birmanie, plein les yeux !
Birmanie, plein les yeux !

Ce que j’ai trouvé de magnifique, est le fait que comme rien n’est indiqué en anglais (ou si peu), vous pouvez demander votre chemin à n’importe qui. Nous achetons nos billets de train auprès d’un monsieur qui nous promet de venir nous chercher sur le quai de la gare pour nous indiquer le bon train. Pas de guichet, juste une table en bout de quai. 30 minutes plus tard, il apparaît, comme promis, pour nous diriger vers le train circulaire indiqué au quai 7 qui est subitement devenu le quai 6. Et là, c’est sauve qui peut !! Aucune place assise, et de ce fait, nous nous installons tout simplement sur une des marches du train. Peu importe car celui-ci circule portes ouvertes (à très faible vitesse) et comme ça, on n’est pas gêné par la climature !! Du jamais vu à la SNCF. A chaque station, des passagers montent et descendent, quelques fois à même les voies. On se pousse, on fait de la place, on échange des sourires, on se fait des amis… Tellement plus convivial que le TGV ! Nous descendons 5 stations plus tard car il y a vraiment trop de monde pour nous retrouver en plein marché de rue où il faut zigzaguer entre les crachats rouges de jus de bétel (feuille aux propriétés psychostimulantes et tonifiantes qui ronge les dents et donne la bouche rouge) que les locaux chiquent en abondance. Un des meilleurs souvenirs des Nains (le marché pas les crachats !). Moi, c'est ce petit garçon à qui j’ai donné une de mes lingettes et qui s’est amusé avec comme si je lui avais donné un jouet.

Birmanie, plein les yeux !

Ainsi s’achève cette dernière journée à Yangon. Nous avons plusieurs fois, au cours de ces deux jours, comparé Yangon à Phnom Pen, deux villes au lourd passé politique. Nous en avons tiré la conclusion que Yangon a encore quelques années de retard mais qu’inévitablement, son ouverture sur le monde extérieur va changer son authenticité. C’est à la fois dommage et souhaitable.

Vendredi, je vous emmène à Bagan pour la deuxième partie de notre périple. Vous avez juste le temps de refaire une petite valise.

Inutile de vous dire que si vous prévoyez un voyage en Birmanie, n'hésitez pas à me demander nos bonnes adresses.

Voir les commentaires

2016-07-09T00:33:26+02:00

Au sol

Publié par Fille Ainée

Ma photo de la semaine est un sol carrelé qui se trouve devant une des maisons traditionnelles de Georgetown, la capitale de l’état de Penang en Malaisie.

Au sol

Il m’a été difficile de choisir car presque toutes les maisons du quartier chinois présentent des sols dallés merveilleusement préservés. Les carreaux recouvrent même quelques fois les façades.

Au sol

Si vous avez l’occasion d’aller trainer vos guêtres par là, perdez-vous dans les petites rues. Certes, il fait chaud mais quel plaisir pour les yeux !

Au sol

Voir les commentaires

2016-07-05T05:19:42+02:00

Dans la fièvre du départ

Publié par Fille Ainée

Avant de prendre l'avion pour aller explorer Myanmar, je vous laisse avec une lecture.

Dans la fièvre du départ

Immigrée irlandaise courageuse et obstinée, arrivée seule à New York à la fin du XIXe siècle, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent caché pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde, et certains en meurent. Mary, de son côté, ne présente aucun symptôme de la maladie. Au contraire, sa robustesse est presque indécente. Des médecins finissent par s'intéresser à son cas, mais la cuisinière refuse de coopérer. Pourquoi la traite-t-on comme une malade alors qu'elle est en parfaite santé ? Les autorités sanitaires, qui la considèrent comme dangereuse, décident de l'envoyer en quarantaine sur une île au large de Manhattan. Commence alors pour Mary Mallon, femme indépendante, un combat à armes inégales pour sa liberté...

Malheureusement, l'histoire ne retiendra de Mary Mallon que son surnom "Mary Typhoïde" et de nos jours, en briton, l'expression Typhoid Mary désigne quelqu'un qui, consciemment ou non, répand quelque chose d'indésirable.

Mary Mallon n’était, à l’époque, pas le seul porteur sain de la fièvre typhoïde, mais elle a été le premier cas identifié comme tel aux Etats-Unis, au début du XXe siècle. Près de 400 personnes véhiculaient la maladie sans en présenter eux-mêmes les symptômes mais aucun n’a été confiné à l'isolement comme Mary. Et c’est ce qui fait de son cas, un cas unique.

Surnommée "la femme la plus dangereuse d'Amérique", sa notoriété a été renforcé par son déni de transmettre la maladie. En effet, Mary Mallon a toujours nié l'existence d'un lien entre son métier de cuisinière et les maladies chez ses employeurs.

Récit à la frontière entre fiction et biographie, ce roman historique est fort bien documenté et l'on apprend énormément sur la vie quotidienne à cette époque et sur l'histoire de la médecine. On se retrouve plongé dans le New-York du début du XXe siècle, avec la puanteur de la ville, la saleté des trottoirs jonchés d'ordures, la fumée des usines, les marchands ambulants à chaque coin de rue, les immeubles sans aération pour accueillir des milliers de migrants.

J’ai personnellement beaucoup aimé ce livre et je vous le recommande.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog